..
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La théorie du chaos [Shin-Jonas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La théorie du chaos [Shin-Jonas]   Sam 29 Juin - 10:56

Le bateau fendait les flots un rien houleux du mal nommé océan Pacifique, le soleil de Juillet martelant de ses rayons brulants le pont du navire que Saori Kidô, dite Athéna, dite la Cruche, avait mis à la disposition de ses deux chevaliers.

Sur le pont, des poids attachés aux chevilles et aux poignets, Shindoë s’entrainait. Elle et un autre chevalier, un Or, avaient embarqués l’avant veille à 14 heures au port d’Athènes, ayant pour destination l’île de la Reine Morte. Leur mission était de rapatrier Ikki du Phénix à Athènes ou bien d’avancer une preuve tangible de l’absence du chevalier sur l’île. Pour cela, il fallait au moins un Or et une Bronze…un pignouf dans une combinaison ignifugée et armé d’un appareil photo aurait suffit, mais non ! Quand on s’appelle Athéna, on n’a rien de mieux à faire que de faire perdre son temps à deux chevaliers !

Shindoë frappa dans le vide une nouvelle fois avec son poing dans un direct bien allongé, prolongea avec un high-kick puis arrêta l’entrainement. Ils ne devraient pas tarder à arriver, si elle en jugeait par la colonne de fumée qu’elle voyait au loin et, de toute façon, depuis qu’elle était sur le bateau, elle avait passé le plus clair de son temps à s’entrainer. Elle devait être prête.

Les poids retrouvèrent donc tout naturellement leur place dans la cale, à l’emplacement prévu à cet effet, non loin des armures du Cancer et du Serpent, entreposées là à la demande du capitaine, qui craignait pour son navire. Pourtant son père avant lui n’avait pas craint de transporter la furie qu’était auparavant Ikki. Comme quoi, pensa la Russe avec ironie, le courage n’était pas héréditaire, loin de là…N’était-elle pas elle-même une folle sanguinaire alors que ses parents n’étaient que de pauvres merdes dénuées de courage ?

Elle sourit à demi à cette pensée, fermant les yeux pour se rappeler le meurtre de ses parents. Tout était là, gravé dans sa tête. La résistance que la boite crânienne de son père quand le couteau s’était enfoncé sous sa mâchoire. Le sang tiède qui coulait sur sa peau. Les hurlements de sa mère et le son caractéristique du couteau qui éventrait… Oui, le jour ou elle avait tué ses parents était l’un de ses meilleurs souvenirs.

Shindoë rouvrit les yeux, s’extirpant de ce souvenir. Elle aurait le temps d’y repenser plus tard. Pour l’heure, il fallait qu’elle aille chercher son coéquipier. Et ça, la Russe s’en serait bien passée. Que le chevalier d’or soit une carpette puant la drogue, la clope et l’alcool à plein nez, soit. On avait déjà vu mieux en terme de « responsable », mais le comportement à l’ouest de son supérieur l’arrangeait. Mais qu’elle soit obligée de baby-sitter un homme d’au moins cinq ans de plus qu’elle, elle disait non. Merde, normalement, c’était elle, l’irresponsable du groupe ! Pas la moralisatrice !

Deux minutes et une rencontre avec le sol plus tard –qui avait eu l’idée d’emmener un enfant qui semait ses patins à roulettes sur le sol ?!-, la Bronze toquait à la porte de la cabine de Jonas du Cancer.

-Oy ! Jonas. On est arrivés.

Il y eut un long silence qui acheva de faire s’évaporer le peu de patience qu’il restait encore à la Russe, qui se tarta le front et s’éloigna récupérer ses affaires à la cale. Tant mieux si l’autre ne se sortait pas les doigts du cul, au moins, elle aurait enfin sa mission en solo.

La Russe enfila donc son haut de cuir noir -elle tentait de s'habituer aux températures chaudes- à la Mello de Death Note, gardant son pantalon noir et ses bottes plates avant de récupérer sa Pandora Box, qu'elle mit sur son dos, avant de sortir sur le pont. Puis elle attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La théorie du chaos [Shin-Jonas]   Lun 1 Juil - 15:50

 Ah mais non alors ! Franchement, moi qui voulait avoir une vie pépère et sans emmerdement au Sanctuaire, je suis servi pour être le Chevalier le plus demandé. Ils foutent quoi les autres ? Sonia ? Genbu ? Fûdo ? Seiya ? Hé ! Il n’y a pas que moi ! Franchement, cette mission me saoulait ! Me rendre sur l’Île de la reine Morte pour convaincre un chevalier de revenir ? Franchement ! S’il veut pas, il veut pas ! Qu’est-ce que ça peut me faire ? Bon, c’est vrai que c’était Ikki du Phénix ! Et alors ? Bref ! Je sentais bien que j’avais une de ces envies de dégager cette mission à la vitesse de la lumière !


Et on m’avait mis une nana avec moi ! Bon point pour elle: sacrément mignonne ! Mauvais point: impulsive. Très mauvais point: elle me brisait déjà les burnes. Tout Miss Nichons qu’elle, je n’hésiterais pas à lui rabattre son caquet si elle continue de m’emmerder. Et si la femme chevalier croit que je ne suis pas capable de la tuer, elle se plante: une de plus ou une de moins, c’est pas ça qui me gênera ! Finalement, on était sur le bateau. Comble de malheur, cette crétine m’avait tellement poussé au derrière que j’en avais oublié mon alcool et mes clopes. Heureusement, et c’est connu, les Marins sont de grands amateurs de clope et de bières. Pendant que la Miss faisait son petit délire personnelle, je m’étais mis en tête d’aller quémander quelques bricoles. Pas de bol pour moi, j’étais tombé sur de sacré fous furieux ! En gros, ils voulaient que je joue au poker avec eux. Si je gagnais, je raflais la mise et si je perdais, bah… Je perdais tout ! Quitte ou double comme on dit dans le jargon ! Et comme on dit, Nécessité fait force de loi ! J’avais absolument besoin de fumer et de me prendre une petite cuite afin de pouvoir mener ma mission à son terme. Alors, j’avais triché ! Je m’étais servi de ma vitesse de chevalier d’or pour prendre les cartes qui m’arrangeait quand c’était mon tour de jouer. Et, vu que j’avais une grande expérience de filou en la matière, je n’avais pas eu de mal à maquiller ça en petit avantage chanceux de ma part. Je les avais tous bien raqué, remportant une belle mise et une quantité impressionnante de clope et d’alcool. Ah bah oui ! Fallait pas jouer avec moi ! Surtout quand je suis ultra motivé !


J’avais juste zappé un truc. Ils avaient la défaite mauvaise. Et moi, j’avais le comportement d’un impulsif de première qu’il fallait pas faire chier. Du style que je tape en premier et que je réfléchis après. Shindoë pouvait m’attendre à l’entrée de ma chambre; j’y étais pas. Elle patientait sur le pont. Quand soudain, la porte, devant elle, explosa en mille morceaux, projetant un mec dont la tronche était salement défigurée. J’en ressortais, complètement énervé et me mettais devant la Guerrière sans le faire exprès. Les cons ! Ils m’avaient provoqué ! Ils insinuaient que j’avais triché ! Moi ! Le Super Chevalier d’Or au service d’Athéna la Juste ! Bon… D’accord… ils n’avaient pas tort ! J’ai peut être forcé un petit peu le destin ! Mais, je n’ai pas triché ! J’ai juste tourné la situation à mon avantage ! Toujours est-il que voilà trois costauds qui sortaient, prêt à fondre sur moi ! Tant mieux, il fallait que je me défoule !


«  Vous voulez m’éclater bande de naze ? Je vais vous pulvériser moi ! » Avertis-je alors que je marchais vers eux avec la ferme intention d’en découdre.


Le premier malabar, je l’explosais d’un violent coup de poing dans le pif. Le deuxième, je lui détruisais le foie avec un super coup de genou dans le bide. Et, le troisième, je l’étalais en lui brisant la jambe gauche par la grâce d’un coup de tibia dans sa jambe. S’il y avait d’autres candidats au massacre, qu’ils viennent ! Je suis chaud bouillant là ! Mais bon, ils avaient l’air de pisser dans leur froc. Toujours en pétard, je prenais mon sac contenant mes bouteilles d’alcool et mes clopes. Avant de m’intéresser à cette crétine qui m’avait empêché de me réveiller convenablement d’une bonne cuite de nuit, je les avertis sagement qu’ils n’avaient pas intérêt à s’enfuir ou à partir.  Puis, je descendais du pont pour me rendre sur le port. Je prenais mon urne dorée avec moi. Vivement qu’on en termine avec cette histoire.


«  Bon : La Ruskoff ! Tu ramènes ton derrière ou quoi ? Terminons à ce qu’on a à faire car j’ai pas l’intention de m’éterniser ici ! J’ai rendez vous cette nuit avec Jessica, Tatiana, Bérengère, Jennifer, Hélène, Madeleine, Gisèle, Adèle, Annie et Ophélie. » Annonçais-je alors que j’en profitais pour m’allumer la clope de mon dernier paquet et que je le jetais négligemment par terre.


Entre ramener un mec chez lui et faire une partouze avec dix filles, mon choix était vite fait. C’était décidé: j’allais voir comment Shindöe gérait son rôle de chevalier. Quant à moi, je serais là en observateur jusqu’à ce que je me décide à entrer dans la danse. Et, comme d’habitude, ça ne serait pas beau à voir ! Tout Ikki qu’il est, ou il marche droit ou je le ramène par la peau des fesses ! Pas plus compliqué que ça !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La théorie du chaos [Shin-Jonas]   Mar 2 Juil - 19:15

-Vous voulez m’éclater, bande de nazes ? Je vais vous pulvériser, moi !

Ce beuglement peu gracieux, qu’elle aurait eu la tentation d’attribuer à un veau marin si un homme n’avait pas précédemment traversé une porte et ne lui était pas passé au dessus de la tête, provenait de son cher et tendre (ironie, quand tu nous tiens) coéquipier, qui avait manifestement des problèmes avec l’équipage…ou plutôt avec trois loups de mer aux allures difformes des marins de One Piece. Autant dire que le problème fut vite réglé : au premier, il brisa le nez d’un violent direct du droit bien allongé –quoi qu’un peu mou- ; au second, il ravagea le ventre d’un grand coup de genou ; et au troisième, il brisa la jambe dans les règles de l’art.

Shindoë leva les yeux au ciel sans indulgence, ne comprenant pas le numéro de claquettes rotulaires auquel se livrait les autres membres de l’équipage –Ok, Jonas venait de démolir trois loubard en trois coups, mais il n’y avait pas de raison d’avoir peur, loin de là-, et descendit de sa Pandora Box, sur laquelle elle s’était assise pour profiter du micro spectacle, qu’elle chargea sur son dos avant de descendre sans un mot, attendant sur le quai que son collègue règle le merdier qu’il avait mis sur le bateau.

Ce dernier ne tarda pas à descendre comme une furie, sa Pandora Box sur le dos, clope au bec, et se tourna vers le bateau :

-Bon, La Ruskoff ! Tu ramènes ton derrière ou quoi ? Terminons à ce qu’on a à faire car j’ai pas l’intention de m’éterniser ici ! J’ai rendez vous cette nuit avec Jessica, Tatiana, Bérengère, Jennifer, Hélène, Madeleine, Gisèle, Adèle, Annie et Ophélie.

-Je suis devant toi, chevalier, indiqua Shindoë, moqueuse, en le faisant se tourner vers elle. Et ta partouze sur le feu, j’en ai rien à carrer. La mission prendra le temps qu’elle prendra, ne t’en déplaise. Si elle doit prendre une journée, elle prendra une journée. Si elle doit prendre deux mois, elle prendra deux mois. Mais sache que ça ne dépend pas uniquement de moi. Je vais m’investir dans ce boulot, donc si on reste bloqués là deux mois, ce sera ta faute. Compris ? Le boulot en équipe, ça me gave sans doute autant que toi, mais vu qu’il y a pas le choix, autant coopérer pour que ça finisse rapidement, tu ne crois pas ? Ah, autre chose : je ne suis ni ta bonne, ni ta pute, ni ton chien. Alors tu es prié de ranger ce ton de macho irrespectueux bien au fond de ton cerveau. Je ne vois pas pourquoi je serais la seule à faire des efforts. Merci de ton attention, chevalier. Et oublie le « Ruskoff ». Moi, c’est Shindoë, ou « chevalier ». Je t’appelle pas « Ducon », moi.

Et, sans attendre de réponse du Cancer, qui ne devait pas s’attendre à ce qu’elle lui tienne tête, la jeune femme s’éloigna vers la dernière zone d’habitation connue d’Ikki. Située à une heure de marche de là, cette maison rudimentaire se dressait, telle un bras d’honneur fait aux éléments déchainés, entre l’océan et le volcan.

La façade, enfoncée dans une ancienne coulée de lave creusée pour accueillir une maison, était faite de blocs de basalte noir liés ensembles par un mortier rudimentaire, la porte n’étant qu’une simple arche de blocs plus larges fermée par un rideau de toile rêche et déchirée. On racontait qu’Ikki l’avait construite pour oublier le repère de feu son maitre, l’assassin d’Esméralda.

Shindoë entra donc, regardant autour d’elle. Le coin cuisine, fait d’un four rudimentaire et de quelques blocs de pierre lisse, taillé en cube, pour découper les aliments ou cuire, si elle en croyait le trou rempli de cendre situé dans un des cubes. Il disposait sans doute d’une cave à sel pour conserver ses aliments, songea la Russe avant d’aller voir les autres pièces. Dans la première, qui devait servir de salon-salle d’entrainement, elle ne trouva qu’un sac de fruits pourris depuis plus de deux semaines, un canapé rudimentaire et large, recouvert de toile, qui devait servir de lit pour les invités impromptus, et assez d’espace pour s’entrainer. La seconde était plus petite et contenait en tout et pour tout une banquette taillée dans la roche, un matelas de paille, une couverture élimée et une photo vieillie qu’elle ne toucha pas : les souvenirs de famille lui fichaient la gerbe. De famille parce qu’elle avait reconnu le vert des cheveux de Shun le bleu de ceux d’Ikki –les photos étaient affichées à la Palestre.

Pensive, Shindoë s’assit dans un coin. Un chevalier aussi puissant et dangereux qu’Ikki n’aurait sans doute pas pris la fuite. Quelque chose ne collait pas. En parlant de ça…

Elle se redressa et sortit la tête hors de la chambre. Où il était barré, le Cancer ?!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La théorie du chaos [Shin-Jonas]   Dim 7 Juil - 12:34

 Shindöe ne me connaissait vraiment pas ! Elle voulait faire sa cheftaine ? Elle voulait prouver quoi ? Personnellement, je m’en tapais  de cette mission. J’en avais strictement rien à faire ! Tandis qu’elle me causait ; désirant bien vouloir me montrer son terrain, je me curais le nez et avalais ma belle morve tout en la regardant avec un grand sourire du style « Cause toujours, tu m’intéresses ! » Ou bien du style « Ça entre par une oreille et ça ressort par l’autre ! » Donc, en gros, j’en avais rien à faire. Je me mis même à roter au moment même où elle me fit son dernier avertissement. Comme quoi, des fois, pas besoin de parler, seuls les gestes comptent.


Elle voulait gérer l’affaire ? Et moi, je voulais que tout se termine très vite ! Pas de temps à perdre ! Si le Chevalier Légendaire ne voulait pas se montrer, j’allais me charger de le ramener par la peau des fesses moi. Aujourd’hui, je n’étais pas en mode négociation. Il avait gentiment intérêt à ramener son derche vite fait pour qu’on s’explique un peu. Et, soit dit en passant il n’avait pas intérêt à me sortir la gentille raison merdique du « Je suis toujours avec Athéna mais je fais ce que je veux ! » Ça, c’est ma réplique et c’est ma façon d’agir. De toute façon, je ne lui laisserais aucun choix. C’était fini le temps où il pouvait se la jouer solo: maintenant, et une bonne fois pour toutes, il devrait prendre ses responsabilités. En compagnie de Seiya, il pourrait guider la nouvelle génération. Et, comme ça, je pourrais me décharger de ce poids insupportable que m’a confié Athéna. Moi ? Un Guide ? Et la tête d’Athéna en 3D alors ? Ah oui ! Ça c’est quand j’ai abusé du pétard !


M’enfin bon ! Nous voilà donc devant la maison d’Ikki ? Je m’allumais une clope et sortais une bouteille d’alcool. J’avais une de ces soifs. Personnellement, j’en avais strictement rien à faire de la décoration d’intérieur. Son histoire, son passé, sa vie… Bref, je m’en foutais. Moi, ce qui ml’intéressais, c’était de savoir s’il était toujours au niveau. Je déposais mon urne sur le sol, m’y assit dessus et attendit que la Miss fasse sa petite enquête.  Une chose était sûre: ce chacal avait du dissimulé sa cosmo énergie et son aura. Dans tous les cas, où il voulait la paix et il était sur l’île ou bien, il avait un petit souci. Bah ! Il pouvait gérer ! Mais elle fout quoi la Shindöe !


«  Bon ! La Ruskoff ! Tu glandes quoi ? Il est pas là ! Je serais toi, je me casserais parce que il va y avoir un petit moment de chaleur ! » Déclarais-je en éclatant de rire.


La politique de la terre brûlée. En quelques sortes, je vais le forcer à revenir au Sanctuaire par tous les moyens. Shin était la gentille, j’étais le méchant. La Russe était la Douce, j’étais le Barbare. Tant mieux, ça me convient très bien ! J’en ai marre de tout ce bazar : il faut y mettre un terme rapidement. Tout en buvant ma bouteille au goulot, je pointais un doigt en direction de la Maison du Phoenix. J’avais bien prévenu ma chère collègue qu’elle devrait se tirer vite fait. À partir de là, je posais ma bouteille délicatement, tirait une bouffée de nicotine sur ma cigarette et envoyais un puissant rayon en direction de la Demeure du Chevalier Légendaire. Le but ? Mais il est simple ! Tout faire péter ! Que ce souvenir explose en milles morceaux pour qu’on en parle plus ! Et Shindöe dans tout ça ? Bah, si c’est une Guerrière d’Athéna, elle survivra ! Et si elle meurt dansd les décombres ? Bin… C’est qu’elle valait pas grand chose !


Le souffle de l’explosion me fit tomber par terre tandis que l’urne décolla pour atterrir en plein dans ma tronche. Fini la clope et la bouteille d’alcool !  Je me relevais en poussant cette fichue boîte et regardais, avec un grand sourire, l’état du carnage que j’avais fait. Il ne restait plus rien de la baraque Pfiout ! Fini ! Envolé ! Bon, maintenant, on pouvait passer à autre chose ! Cette île était petite, on en aurait terminé rapidement. Je pris mon urne sur mon dos et entrepris d’avancer tout en sifflotant.


«  Hé ! La Ruskoff ! Face de Moche ! T’es toujours là ? On avance ou pas ? Il faut trouver le Saint Légendaire ! » Annonçais-je d’une voix guillerette, sachant pertinemment bien qu’elle s’était sorti de ce traquenard à la Jonas. Toute la question était de savoir comment elle le prendrait ? Bien ou mal ? Je penche pour la deuxième option ! Comment je sais ça ? L’instinct masculin bien sûr ! 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La théorie du chaos [Shin-Jonas]   Ven 12 Juil - 23:49

Shindoë n’avait même pas eu le temps de réagir après l’avertissement de Jonas que le rayon touchait déjà la maison, détruisant tout sur son passage. Elle sentit le souffle de l’explosion lui vider les poumons et lui vriller les oreilles, avant que le plafond ne s’écroule sur elle. La Russe eut tout juste le temps de se jeter sous la banquette avant que tout le basalte volcanique ne tombe lourdement, avec un fracas étouffé par celui de l’explosion. Shindoë avait l’impression qu’on lui avait mis de force de l’ouate dans les oreilles, mais elle pouvait respirer.

C’est là qu’elle se louait d’être une sociopathe : elle ne craignait rien, ni personne. Et, en combat, ou la peur pouvait bloquer une action jugée risquée, une telle « maladie » s’avérait extrêmement pratique. Les réflexes pour sauver sa vie étaient certes moindres, mais au moins et contrairement à un humain normal qui serait resté planté là comme  un poireau et serait mort, elle avait eu l’esprit clair. Malgré tout, son bras la lançait, coupé par un éclat de basalte. Son bras droit. Shindoë sourit.

-Hé ! La Ruskoff ! Face de Moche ! T’es toujours là ? On avance ou pas ? Il faut trouver le Saint Légendaire !

Il n’eut pas le temps d’aller plus loin dans la provocation : Shindoë sortit brutalement des décombres, une lanière de sang gluante s’enroula autour de la cheville de Jonas avant que la Russe ne tire violement, l’homme décollant avant que Shindoë ne le projette violement dans le sol des ruines…à travers duquel il passa, sous les yeux ébahis du Serpent.

-Décidément, déclara la Russe en passant la tête à travers l’ouverture découverte, vous n’êtes jamais où on l’attend. En tout cas, félicitations, dit-elle en passant dans le sous-terrain avant d’enrouler une bande autour de son bras droit. Vous avez découvert un tunnel dans lequel Ikki aurait pu se rendre pour partir. Reste à savoir où il mène.

La Russe sourit légèrement, moqueuse, et avança, désinvolte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La théorie du chaos [Shin-Jonas]   Dim 25 Aoû - 18:08

Je l’ai bien cherché ! Et je l’ai trouvé la Ruskoff ! J’étais parti dans mon délire et cette crétine ne m’a même pas laissé le temps de m’allumer une clope. Me voilà donc gentiment projeté dans l’enceinte même de ce qui fut une maison. Et, comme je suis le Roi des veinards personnifiés, je trouve, comme par hasard, une entrée super secrète. Ouais ! C’est moi le Boss !


Même la tête encastré dans le sol, les jambes batifolant joyeusement et poussant un « Aie » étouffé je demeure super classe. Et tant pis pour l’orgueil c’est pas la première fois que je m’assis dessus ! Prenant appui sur mes deux mains, je me sors de ce bourbier et agite la tête rapidement en la penchant de gauche à droite rapidement. Et un petit crac du cou, ça fait plaisir et c’est moi qui offres. Dubitativement, je regarde ce qui se passe devant moi en haussant un sourcil. Toujours à me fourrer dans des endroits ou des situations impossibles.


« Ah ! Encore autre chose ! C’est quoi ce bordel ? J’ai pas la tête, ni l’envie de jouer à Indiana Jones moi ! » Me plaignis-je en soupirant alors que je m’allumais ma clope.


Elle fit son entrée et je la regardais en souriant comme le crétin que j’étais. Puisque la Ruskoff voulait jouer, on allait jouer. Ça tombait bien ! Elle avait peut être raison après tout: l’Emmerdeur de Service aurait pu se faufiler par là. Je levais les épaules , signe de mon attitude volontairement style «  Cause toujours, j’en ai rien à faire. » Puis, je posais mes mains sur les hanches, exhalais de la fumée et regardais, ensuite Shindoë dans les yeux.


«  Bon… Bah… À toi l’honneur ! Je suis vacancier dans cette affaire ! »
Annonçais-je alors qu’il me vint une petite idée en tête. «  En fait ! Tu sais voler ? » Demandais-je avec un sourire coquin sur le visage.


Je ne lui laissais même pas le temps de répondre que je l’empoignais par le col et que je la balançais de toutes mes forces droit devant moi. Une technique d’aventurier comme une autre mais au moins, au nombre de « Splash » sur le mur, je découvrirais bien notre chemin. Ah oui ! Hors de question de niquer mon briquet ou bien de jouer aux passeurs ou quoi que ce soit. La Cheftaine, c’est la Bronzounette et moi, le Gold, je suis le branleur de service ! Et c’est complètement assumé !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La théorie du chaos [Shin-Jonas]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La théorie du chaos [Shin-Jonas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le projet des Moucherons !
» DivizyonDepite lavalas Jonas Kofi trete pwochen gouv. Michelle P. Lwi ZAGO LORAY
» [Alona] Le Début de la fin... (Arrivée du Chaos)
» Mercenaires du chaos vs gamines
» Haiti: Un chaos interminable (pour mieux comprendre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romans Divers :: Autres Lieux :: Île de la Reine Morte-
Sauter vers: