..
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hic .. Hic .. Hic ..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lalibela Temn'Ishuvala
Chevalier D'Or Des Gémeaux
avatar

Masculin
Age : 30
Messages : 4169
Inscription : 12/07/2008
Citation : Le Destin N'Est Que La Trame De L'Histoire

MessageSujet: Hic .. Hic .. Hic ..   Mar 12 Mai - 16:24

¤ * ~ La chaleur était étouffante à Cernaris en cette époque. L’été commençait à peine, et l’atmosphère était suffocante. Ce n’était pourtant que le troisième jour du mois d’Aleth (N.B : Juin), mais chaque personne se promenant dans la capitale recherchait l’ombre à n’importe quel prix. Les étalages des marchés étaient recouverts de toiles tendues, assurant un peu de fraîcheur aux courageux qui passaient des journées entières dans l'espoir de vendre.

D’autres, comme moi, recherchaient la fraîcheur d’une taverne, souvent située dans les niveaux inférieurs d’habitations, dans des caves plus précisément, car les habitants de la capitale étaient coutumiers du fait. En temps de paix, les journées étaient bien souvent longues pour les soldats, et beaucoup tuaient le temps en s’alcoolisant plus ou moins légèrement... quoique non. En se bourrant la gueule en fait, pour être plus précis.

Ils cherchaient certainement à tuer l’ennui de leurs mornes existences. L’armée régulière, composée de soldats armés de vulgaires armes blanches ou à feu, ne contenait jamais de grands esprits. Il s’agissait la plupart du temps, de criminels repentis, de personnes voulant changer de vie, de sans-abris, qui troquaient leur misère pour le gîte et le couvert, en contrepartie du don de leurs corps, leurs esprits, et même leurs âmes. Les Animas ne traînaient que trop rarement dans ce qu’ils considéraient comme des lieux de débauche. Mais ce jour-là, j’avais envie d’exotisme.

Attirée par les embruns et la brise marine qui chatouillaient mes narines, j’eus envie de m’aventurer bien plus avant. Tous me connaissaient dans cette ville gigantesque. Ma renommée était digne de celle d’un grand chef militaire, et pour cause, J’étais Chancelière de l’Empire de Bethsana ; Générale en chef des Animas ; mais également chargée de superviser (de loin, je vous rassure) l’armée régulière du Pays-Continent que nous formions. Mon rôle, peut-être le plus important, était aussi de conseiller notre bien aimé Empereur, dans les domaines de la politique étrangère, militaire, et défensive. Mon influence était certaine en ce pays, et cela me plaisait beaucoup.


¤¤ Holààààà du Crabe Tavernier !!! ¤¤

Cronch..cronch..cronch..

La caste des Animas avait un petit quelque chose de je ne sais quoi. Ô bien sûr, chacun avait son caractère, et ses petites particularités, mais quelque chose les unissait. Évités par le commun des mortels, car jugés trop dangereux, même s’ils étaient chargés de la sécurité de l’Empire, ils ne jouissaient pas d’une excellente réputation. Et pour cause, beaucoup se baladaient incognitos, le capuchon rabattu sur le visage. Eh oui, nul n'est prophète en son pays .. sauf s'il ne protège pas les gens, les vole, les tyrannise. Là.. c'est un héros, n'est-ce-pas ?!?

Pour rien au monde, je ne passerais un jour sans observer cet océan magnifique. Une eau bleue & turquoise à la fois, aux reflets d’émeraude. Les rivages faits de sable blanc, fin, et de galets, donnant l’impression de marcher sur des charbons ardents, en cas de grosses chaleurs. Des algues trempant çà & là, formant du haut de la falaise de gigantesques gueules béantes monstrueuses, ce qui avait pour habitude d’effrayer les plus jeunes enfants. L’odeur était suave, et le vent n’agressait pas l’épiderme. Il apportait tout juste une petite bouffée d’oxygène.
Qu’il faisait bon vivre ici.

Il m’arrivait que trop souvent d’oublier, que la quiétude n’était pas de ce monde. Ce que je ressentais à cet instant n’était que le calme avant la tempête. Mon cœur avait appris à reconnaître les signes avant-coureurs d’une tempête telle, qu’elle menaçait directement le peu d’harmonie que nous nous efforcions de maintenir.

Rentrant dans la taverne des « 3 Tonneaux », ma vue se coupait de cet avant-goût de paradis, pour infliger à mon odorat quelques odeurs nauséabondes. Les cris, la sueur, les coups.. voilà ce qui rythmait le quotidien de cette taverne très populaire.

Quelqu’un comme moi ne traînerait pas dans les parages habituellement, mais ils servaient ici le meilleur alcool de riz de tout l’Empire.

Je pourrais vous dire qu’il est d’enfer, ou que l’on pourrait se damner pour lui, mais je ne suis pas avide de ce genre de jeux de mots un peu éculés et suranés.

Je vais vous laisser deux minutes, histoire de savourer ce nectar divin, ce breuvage exquis, et de croquer un peu de crabe. Je laisse au narrateur le soin de continuer mon histoire.

Gare à toi, fripon. Avise toi d’écorcher mon nom, et tu verras ce qu’il en coûte. ~ * ¤

¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Kooof..koff koof..(Transpirant).

C’est qu’elle me ferait presque peur la gazelle.

Revenons-en à nos moutons, vu que Mademoiselle semble vouloir prendre un peu de bon temps.

Comme elle vous l’a dit, Cernaris bénéficie d’un climat vraiment génial, et bla bla bla, bla bla bla..

Quelle cruche celle-là, quand même. N’a-t-elle rien d’autre en réserve que de vulgaires considérations météorologiques ? Shazz serait-il dans le coin ?

C’est vrai que ça fouette ici.. Sortons quelques minutes prendre l’air. Il fait meilleur dehors tout compte fait, et moi je ne bois pas.
¤


Les Animas n’avaient donc pas connu de crise majeure depuis un booooonn moment. La paix semblait stable, mais il n’en était rien. La politique était si instable, de l’autre côté de l’Océan. Les éclaireurs faisaient parvenir d’inquiétantes nouvelles, du côté de l’Empire d’Azenor. De nombreux coups d’état, des empoisonnements en série. Balinor n’était guère plus stable, loin de là. Plusieurs membres de la famille impériale faisaient des pieds et des mains dans l’espoir de régner, et de remporter la queue du Mickey. Ce continent semblait au bord d'une guerre civile. Invraisemblable. Voici donc l’élite qui gouvernait les ennemis.

Pitoyable.

Je m’égare..

J’aimerais vous en dire plus, mais que vois-je ? On dirait que Shazz a finalement décidé de pointer le bout de son nez, nez qui va souffrir d’ailleurs, car il s’apprête à pénétrer dans les « 3 Tonneaux »

Aïe Aïe Aïe.

Suivons les, voir ce qu’il va se passer.

Je pense que c’est un exploit que je viens d’accomplir, pour ne pas avoir prononcé le nom de celle dont on ne doit pas déformer le nom … heinnnn Serqeš ?!?

C'était le Narrateur .. en direct de Radio Velinoria, je vous rends l'antenne !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hic .. Hic .. Hic ..   Mar 12 Mai - 22:28

Du soleil, encore du soleil et toujours du soleil... cette chaleur commençait réellement à me taper sur les nerfs mais je n'avais pas d'autres choix que de la supporter comme tout le monde sur ce fichu continent. En réalité j'aurais très bien pu le faire mais il était inutile de changer le temps pour si peu, l'été commençait à peine et... je n'avais nullement l'envie de faire plaisir à cette bande de pouilleux qui se dirigeait vers moi. Oui, cinq personnes complètement saoules s'approchaient de moi dangereusement, agitant les bras comme s'ils étaient désarticulés, certains hurlant, d'autres baillant à s'en déchirer la mâchoire. Sérieusement... il était encore tôt et ils étaient déjà dans des états pareils, on voyait bien là qui avait la responsabilité de Bethsana. Quand bien même je n'étais qu'un « simple » soldat, un Anima pour tout vous dire, je n'étais pas celui qui régissait et guidait les armées de cet endroit. Notre empereur gérait l'affaire avec l'aide de ma... supérieure.

Je fus soudainement frapper à la joue par un de ces hommes qui ne semblaient pas savoir qui j'étais réellement. Apparemment ma réputation n'avait pas atteint ces lieux... allais-je devoir m'en faire une ici et maintenant dans cet endroit si peu dénué de sens et de morale ? Heureusement pour lui, je ne réagis pas à cette provocation futile bien qu'au fond de moi je lui aurait bien arraché quelques doigts pour cet acte déraisonné. Continuant ma route, je les entendais ricaner dans mon dos, l'un d'eux se rapprocha malencontreusement de moi et fit tomber la capuche verte que je gardais la plupart du temps afin de cacher mon visage impassible des étrangers.

Quelle erreur de sa part, il s'était saisit de ma capuche et était tombé... idiot dans l'alcool, toujours rencontrera le sol. Il m’entraîna avec lui dans sa minable chute m'obligeant à me servir de mes mains pour retenir mon poids et ne pas m'éclater la tête sur ce sol dur et désagréable. Essayant de me relever sans montrer le moindre signe d'agressivité, je constatais qu'il tenait encore ma capuche, non seulement ce fait mais aussi que ses chers acolytes s'étaient ramenés autour de nous. Ils avaient au moins l'utilité de me cacher de ce soleil de plomb mais ils ne resteraient pas ici très longtemps...

Usant quelque peu de violence pour récupérer ma capuche et la remettre sur ma tête, je me relevais lentement et repris ma route en direction de cette fameuse taverne d'où ils venaient certainement. Détournant le pas pour contourner tout ce beau monde après que l'un d'eux se soit volontairement écarté, je repris la route vers la taverne lentement, toujours vêtu de mes habits émeraudes, cette capuche et ma patience quand je les entendis susurrer quelques mots dont je ne compris pas le sens mais l'essentiel état qu'ils m'avaient enfin laissé tranquille.

La Taverne était maintenant juste en face de moi... quel boucan à l'intérieur de cet endroit. Cela changerait certainement du calme pesant lorsque j'étais encore dans cette caserne plus loin sur Bethsana qui ne dégageait rien d'autre que l'essence même de la crainte et de la mort. J'ouvris la porte immédiatement, surpris de voir deux personnes sortir en trombe de l'endroit, saoules elles aussi évidemment. Quelle lieu de débauche ! Peut-être me conviendrait-il ?

En effet, observant les lieux après y être entré, ma pensée se confirma, que de débauche liée à l'alcool évidemment. Était-ce si bon ? Piqué au vif, la curiosité monta dangereusement en moi, depuis que j'avais acquit cette arme je n'avais eu aucun plaisir si ce n'était de prouver ma valeur aux supérieurs mais...

Hein ? Que faisait cette personne ici ? Pourquoi elle ? Oh, elle ne devait surtout pas me voir, ma présence ici me discréditerait si rapidement que même mon Djinn ne s'en remettrait pas. J'avais devant moi la chef des Anima, oui LA chef de notre caste et des armées de Bethsana... NON ! Il y avait une chance sur je ne sais combien que je croise cette personne ici et évidemment, malchanceux que je suis, elle était là sous mes yeux.

Baissant la tête, toujours encapuchonnée, je m'adressais directement à une personne qui allait servir un verre à un client et lui demanda de m'apporter la même chose. Comble de l'histoire, je ne savais pas qu'il s'agissait d'alcool de riz et de réputation le meilleur de tout l'Empire. Immédiatement, cette serveuse aux courbes généreuses me tendit une pinte remplie de ce liquide dangereux. Dangereux ? Oui évidemment, une pinte de ça et je n'étais pas sûr de pouvoir rentrer seul d'où je venais.

Je réfléchis quelques secondes, après quelques gorgées importantes... je me décidais à aller à la rencontre de ma supérieure hiérarchique. Après tout, cela aurait été vu comme un affront de la laisser venir vers moi et ce n'était pas mon genre de jouer les lâches. Pinte en main, je m'approchais d'elle, capuche toujours sur le visage...

- Salutations, je ne m'attendais guère à vous trouver dans un tel endroit, êtes-vous venue apprécier ce divin alcool de riz ?

Me reconnaîtrait-elle ? Aucune idée mais l'intention était bonne, personne ne pourrait me reprocher d'avoir agit ainsi... ou peut-être que je me le reprocherais moi-même une fois l'effet de l'alcool disparu...
Revenir en haut Aller en bas
Otomaru Gin
Nouveau Leader de l'Akatsuki
avatar

Masculin
Age : 32
Messages : 2402
Inscription : 12/07/2008
Citation : On ne peut abolir la guerre que par la guerre. Pour qu'il n'y ait plus d'armes, il faut prendre les armes. (Mao Tsé-Toung)

MessageSujet: Re: Hic .. Hic .. Hic ..   Lun 18 Mai - 13:31

Sa vue commençait déjà à devenir trouble et sa concentration était salement diminuée. Le regard fixé devant cet adversaire si coriace que Niklaus sentait les gouttes de transpirations perler et couler de son front. Encore une fois il allait perdre face à lui. Combien de fois déjà avait-il été battu… mais jamais il n’abandonnerait ! Il essaierait encore et encore, tant qu’il le faudra... Hic ! Tendant soudainement sa main droite, Niklaus saisi sa pinte, et enfila tout son contenu dans son gosier !

Relevant doucement sa tête, tête qui lui semblait encore plus lourde que ces mains qu’il essayait de diriger, il regarda la jeune fille qui l’accompagnait à sa droite. Assis tous deux dans un coin de cette taverne, sa pinte dans une main, et un des deux seins de cette jeune fille dans l’autre ; Niklaus ne semblait plus savoir ni quel heure, ni quel jours nous étions. S’interrogeant soudainement du temps qu’il allait devoir payer la demoiselle, il regarda le soleil passer à travers les fenêtres depuis l’intérieur de la taverne des trois tonneaux… La nuit avait été longue et il devait être très tard… où très tôt ?

Un temps de réflexion anormalement long lui permis de se rendre compte que le matin avait remplacé la nuit et que la note allait être salée. Heureusement, son salaire en tant qu’Anima était assez conséquent surtout qu’il était assigné personnellement à la chancelière de l’empire… Tiens… il devait être vachement bourré car pendant que son esprit se perdait une seconde à penser à elle, il la voyait en même temps entrer dans le bâtiment…


* QUOI !? Mamamamamamamadame Ell’ Qiah * pensa-t-il très fort tout en se cognant le genou au coin de la table.

Est-ce qu’elle venait le chercher et le punir ? Il était vrai que Niklaus était le bras droit de la chancelière en tant qu’Anima, mais il était aussi et avant tout son servant. La chancelière faisait partie d’une  grande  famille noble et il la servait depuis ses 10-12 ans. Elle était donc particulièrement dure avec lui lorsqu’il se débauchait comme aujourd’hui, mais il était certain d’avoir couvert sa sortie hier soir en trouvant une de ces nombreuses excuses abracadabrante…

D’une main tremblante, il sorti un liasse de billet et la donna à la prostituée qui l’avait accompagné et la remercia pour cette nuit. Elle lui sourit, laissant apparaitre le peu de dent qui lui restait (et je ne vous parle même pas de leur état !), et parti voir un autre débauché à la table d’à côté.

La chancelière ne semblait pas le chercher, sans doute était-elle ici pour une autre raison. C’était sa chance ! Afin de s’éclipser en toute discrétion, il attrapant une verste à long col sur le dos d’un homme couché sur la table d’à côté, et se mit à marcher lentement dans le dos de la chancelière. Les personnes moins atteinte par l’alcool le regardaient bizarrement, mais après tout, un lieu de débauche comme celui-ci en avait vu pire. Surtout que Niklaus était connu comme un original par les habitués…

Après deux ou trois minutes de tension, évitant de faire craquer le parquet sous ces pas et surtout d’apparaître dans le champ de vision de sa maitresse,  il arriva finalement près de l’entrée lorsque la porte s’ouvrit subitement, l’assommant d’un coup ! Quelques minutes de galères suivirent où son mal de tête, ces nausées et son incapacité à se concentrer se bousculaient tout en l’empêchant de reprendre le contrôle de ces jambes.

L’homme qui était entré en l’assommant était recouvert d’une capuche verte, et ne fut pas très difficile à retrouver. Il allait voir ce qu’il allait voir ! Il se dirigea vers celui-ci, l’attrapa par l’épaule et le retourna en baragouinant une suite de mots incompréhensible… Puis se tus quelques instants en reconnaissant la personne sous la capuche…


"Shazz… Hic… ?" dit-il sur un ton interrogateur, tout en penchant sa tête vers la droite, afin de mieux voir le visage de la femme qui le dévisageait juste derrière Shazz… "Serq… OH PUTIN" !!!

A peine eu-t-il le temps de rapidement se retourner et d’essayer de s’enfuir que son oreille fut si violement tiré en arrière par la chancelière qu’il lui arracha un cri de douleur qui en fit frémir plus d’un !


"Aie aie aie aie aie… Ohhhh madame, je ne vous avais pas vu.. Hic.. Quelle coïncidence Hic !"

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lalibela Temn'Ishuvala
Chevalier D'Or Des Gémeaux
avatar

Masculin
Age : 30
Messages : 4169
Inscription : 12/07/2008
Citation : Le Destin N'Est Que La Trame De L'Histoire

MessageSujet: Re: Hic .. Hic .. Hic ..   Lun 18 Mai - 15:25

Un, deux, trois, quatre verres.

Il ne lui en fallut pas plus pour être ronde et faire céder les dernières barrières de la bienséance.

Cela dit, elle n’eut pas beaucoup de mal à reconnaître son petit protégé, qui la suivait depuis bien longtemps déjà. Toujours à écumer les bars, et à ramener des filles aux mœurs légères dans ses quartiers. Elle reconnut d’ailleurs facilement Niklaus, entre autres, grâce à l’odeur qui émanait de lui. Les soirées de débauche laissaient un souvenir olfactif facilement identifiable.

Arrivant tel un serpent sur sa proie, elle saisit son subalterne par l’oreille, avant qu’il n’ait pu dire ouf, cependant, elle le surprit par sa réaction. Avec un tour de main expert, le tenant toujours par l’oreille, elle lui fait faire un tour complet sur lui-même, jusqu’à l’amener non loin d’un tabouret, à ses côtés, où elle lui fit poser ses fesses.

Fortement imbibée, elle relança une tournée.

« Holllllllllllààààààààà Tavernier, encoorrrrreee une s’il te plaît !! Et n’oublie surtout pas le crabeeeee hein ? »

Ca chantait à tue-tête dans la taverne, et les cris venaient de partout. Les chansons fusaient dans tous les coins, tout le monde avait déjà son compte, mais personne ne voulait en rester là. Chacun avait-il quelque chose à oublier ? Il n’était pas dans les habitudes de Serqeš d’oublier son rang, ses devoirs, et sa « nature », mais aujourd’hui était un jour spécial. Comme chaque année, elle venait commémorer le jour anniversaire de la mort de son frère et sa sœur, et cela, elle le faisait en buvant de l’alcool jusqu’à s’oublier elle-même.

Tous trois reçurent un verre d’alcool de la part du tavernier, et celui-ci posa un nouveau panier avec des pattes de crabe fraîches. Elle ne savait lequel des paniers était le bon, car de double, elle commença à les voir en triple. Prenant son verre de la main gauche, heureuse de savourer ce divin nectar, elle saisit une patte de crabe, et la fourra dans sa bouche, sans faire attention, et croqua bien fort dedans, impatience de se régaler, et de sentir ce goût iodé déferler dans sa bouche, puis dans sa gorge, mais une seconde après, elle s’arrêta net.

« Heyyyyyy hooooo tavernier, on se fout de la gueule de qui ??? Il est dégueu ton crabe, tu l’as pêché dans un bordel ou quoi ? Il pue la vinasse et la prostituée mal lavée … Tu veux tâter de mon poing ou quoi ? »


Mais elle essayerait de faire une victime de plus.

« Narrateuuuurrrr ?? Eh oh narrateur ?? Où te caches-tu ? Jamais là quand on a besoin de lui celui-là. Tsssss.
¤¤

Le narrateur se trouvait dans le bar au même moment, mais en bien trop bonne compagnie pour donner suite à ces hurlements de goret.

Il se cacha derrière une poutre de bois qui le masquait fort bien. Il posa son index sur la bouche, signifiant aux lecteurs de ne surtout rien dire.

« Chuuuuut ! Si elle vous demande, vous ne m’avez pas vu .. hein ? Wink
¤¤

Sous le coup de la colère, elle ne pensa pas à ce qui se passait autour, mais au moment où elle tourna la tête vers Niklaus, elle le vit presque au bord des larmes, car elle venait de mordre, avec sa puissante mâchoire, dans son doigt. Surprise, elle eut un mouvement de recul, mais elle chuta lourdement de son tabouret.

« Aucunnnnnn souchiiii .. j’vais bien .. hic .. hic .. »


Titubant comme une girouette ayant perdu le sens du vent, elle reprit de plus belle.

« C’est booonnn. Mon ch’vaaal n’a rien .. hein brave bête ? »

Lança-t-elle en caressant son tabouret.

Elle vint se positionner entre Shazz & Niklaus, plus familièrement qu’à l’accoutumée et passa un bras sur les épaules de chacun.

« Alorsss Shazz ? Qu’est ce qui t’amène dans un endroit pareil ? Y’a quelques années, j’aurais parié mon pucelage que tu ne foutrais jamais les pieds dans un pareil taudis. Tu cherches de la compagnie ou quoi ? »


Lança-t-elle à la volée, un clin d’œil en guise d’accompagnement. Elle vit les joues de l’Anima de rang S s’empourprer, et elle sut qu’elle avait peut-être bien mis dans le mille après tout.

« Désolé mon petit gars, mais il te faudra attendre un peu avant de jouer au docteur. J’ai reçu un message du Palais. Réunion d’urgence. Nous sommes tous conviés. C’est l’Empereur qui va être content de nous voir. S’il nous fait le test de la ligne droite, nous sommes foutus. Prions Shemyazah, pour qu’il soit dans une de ces journées, où il a une telle touquette, qu’il discute avec sa chaussette qui lui fait office de marionnette. Encore un bipolaire de plus. »

Serqeš prit une pièce dans la bourse se trouvant à sa taille, l’envoyant sur le comptoir en direction du tavernier. Une pièce d’or.

« Merci pour les consommations, et à l’année prochaine ! »

Bien qu’alcoolisée, elle semblait avoir retrouvé le sérieux qui la caractérisait tant. Elle fit demi-tour, et se dirigea vers la sortie. Elle s’arrêta et héla ses deux compagnons.

« Vous venez les gars ?

Niklaus .. tu seras gentil, passe prendre une douche, les mouches ne sont pas conviées à la réunion. »


Serqeš pouffa de rire, et tous trois se dirigèrent vers le palais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hic .. Hic .. Hic ..   Dim 24 Mai - 17:13

En ce jour, Nesseldë chevauchait tout droit en direction de la capitale suite à une réunion générale des Animas. Cela faisait un temps que cela ne s’était plus produit, cela faisait également un temps qu’on lui foutait la paix. Autant écarter la concurrence dirons-nous sur ordre de l’Empereur ne dérangeait en rien l’Anima autant la politique au sens le plus strict du terme l’ennuyait au plus haut point.

Elle laissait bien volontiers ce genre de protocole et de bienséance à ceux que ça amusait de perdre leur a rabâcher des discours débilitant aux peuples qui les écoute comme des moutons. Nesselde est-elle une conspirationniste pour autant ? Non parce que ça, c’est encore pire, elle ne les supporte pas cette minorité de paranoïaques voyant des complots de l’empire partout où ils vont.

Si un jour l’empereur lui demande de tous les dézinguer, elle le fera avec le plus grand plaisir pour rendre service à l’empire. Une chose est sûre, c’est que tous les dirigeants de l’empire malgré leur beau discours de façade sont tous trempés dans des affaires pas très jolies jolies. Avec toutes ces rêvasseries et autres réflexions, notre jolie mercenaire faisant guise aussi d’espionne en avait là ce qui se passait sur la route. Grâce à ses réflexes, elle esquiva l’accident d’un cheveu, une seconde de plus et s’était l’embardée.


- Regarde un peu où tu galopes péquenaud ! Cria-t-elle avec force

Le chauffard qui lui avait grillé sa priorité de droite il y a un instant était plutôt du genre obsédé. Celui-ci revint aux galops et l’accosta avec la diplomatie d’un panzer

- M’moisselle, vous êtes mignonne, ça vous dirait de me faire une gâterie ici et maintenant dans les bois ?

-  Tu ferais de foutre le camp avant que je ne m’énerve

- Tu vas d’abord changer de ton sexe faible et inférieur ! C’est mouah qui décide ce que l’ont fait !

Les dires proférés par le plouc finirent par achever la patience de Nesselde qui tira d’un coup sec sur les brides de son cheval qui se cabra sur l’instant avant de s’immobiliser sur place. Elle en descendit par après de sa monture calmement pour ne rien laisser paraitre. Celui-ci fit de même et s’approcha et la saisit par les épaules et tenta de l’embase avec ses grosses lèvres répugnantes et boursoufflées. Ce qui suivit par contre, le paysan ne s’y attendait pas. Elle lui mit un coup de boule bien senti dans le visage, lui brisant le nez au passage, suivi d’un violent coup de genou dans l’entre-jambes et puis le souleva par la gorge.

- Espèce de gros porc ! Tu voulais me violer n’est-ce pas ?

- No… on… fe fous le fure

- Inutile de me mentir ! Je le vois dans tes yeux !

Sans ménagement, Nesseldë le balança dans les ronces au loin du sentier. Une fois chose faite, elle rejoignit son palefroi et partit au triple galop en emportant les rênes du cheval de l’impudent péquenaud qui est tombé sur la bien mauvaise personne pour réaliser ce qu’il envisageait. Une chose est sûre, il l’avait mise ne colère, reste a espérer que cela s’estompe avant qu’elle n’arrive à la capitale.

***

La mercenaire était à présent dans les rues de la capitale et interpella le premier représentant de l’ordre qu’elle croisa.

- Faites don de ce destrier à une personne dans le besoin. Fit-elle d’un air détaché en plaçant de force les brides dans les mains du représentant de l’ordre.

Une fois chose faite, Nesseldë se rendit à la cour de l’Empereur en laissant son destrier dans l’écurie de prestige de l’endroit. Elle se dirigea vers le quartier des bonnes afin de prendre un bon bain et de se refaire un brin de toilette et de beauté. Il fallait tout de même qu’elle soit présentable pour se montrer à l’Empereur. Vu que les autres Animas ne semble pas encore là, elle n’y voyait aucune objection à y trainasser un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Hic .. Hic .. Hic ..   Jeu 2 Juil - 17:02

Le ciel était clair et extrêmement ensoleillé en ce début d’après-midi, à tel point que les rayons du soleil tapaient fort sur Cernaris et que les vents marins ne pouvaient empêcher la forte chaleur de se propager dans l’air. Les sols et les murs baignés de cette vive lumière étaient brûlants comme de la braise. Y faire exploser un œuf aurait suffi à le faire cuir.
   
   A la recherche d’ombre, Kyros s’était réfugié dans une ruelle. Il aurait également espéré de la fraîcheur mais l’air était lui-même étouffant. Il patientait alors, assis sur un tonneau en attendant que la canicule soit moins intense, quitte à attendre la tombée de la nuit pour pouvoir partir. Agir de la sorte pourrait inquiéter sa famille mais il ne voulait en aucun cas  retourner sous les rayons infernaux du soleil de peur d’une déshydratation. Il ne savait plus depuis combien de temps il était là et s’était assoupi à cause de la chaleur. Il se réveilla lorsqu’il manqua de tomber de son tonneau.

   Ça, c’était ce qui s’appelait perdre son temps. Surtout que Kyros était de passage à la capitale à la recherche d’une quelconque chose à faire en tant qu’Anima ; Cernaris étant leur QG et le lieu où se trouvait le Palais du Roi qui régnait sur Bethsana et sur ses Animas. Le jeune homme posa le dos de sa tête contre le mur et regarda le ciel en s’essuyant le front d’un revers de main.

    « C’est pas vrai… Pourquoi j’ai décidé de sortir aujourd’hui ? Trop chaud… Commence à avoir soif… »

    « Je te conseille d’aller te trouver quelque chose à boire. Même à l’ombre, tu n’es pas à l’abri d’une déshydratation. »

   Et le sage a parlé. Ou plutôt, Kel’Sar avait parlé.
   Kyros se décolla du tonneau, s’étira les membres et quitta l’ombre de la ruelle. A peine avait-t-il eu posé le pied au soleil qu’il alla directement longer les murs pour un minimum de fraîcheur. Il vit au loin une fontaine mais se retint pour s’y précipiter. L’eau d’une fontaine n’était peut-être pas recommandable hormis aux plus désespérés et le soleil l’avait sûrement fait bouillir. Kyros possédait encore un peu d’eau dans le corps pour tenir le temps de se trouver à boire. Il tata d’ailleurs la poche de sa veste et après avoir senti les collisions entre plusieurs pièces, il chercha du regard un endroit où il pourrait se payer quelque chose à boire, avec des glaçons si possible.

   Kyros continua à guetter tout en continuant à longer les murs, jusqu’à ce qu’il passa devant une porte qui s’ouvrir brusquement. Il se précipité pour arriver de l’autre côté à temps avant de se faire éjecter et se retourna pour voir ceux qui avaient failli l’assommer avec la porte. Trois personnes rouges jusqu’aux oreilles venaient d’en sortir et le jeune homme pu reconnaitre…

    * Oh la vache… Des Animas ! *

   Il trouvait ça drôle d’en croiser par hasard, et qui plus est des Animas de rang S. Mais leur allure un peu fêtard, conséquence de l’alcool, n’embellissait pas leur image.

    « C’est l’occasion pour toi d’entrer dans la cour des grands ! Vas leur dire bonjour ! »

   « Ca va pas ! J’aurai l’air de quoi avec mon petit rang B ? En plus… Ils n’ont pas l’air en état de… communiquer…»

   Comme le disait Talhim, c’était une occasion de faire connaissance avec des Animas supérieurs. Mais Kyros ne voulait pas s’incruster, encore moins avec des gens dont l’alcool avait pris le dessus et risquer un mal entendu si les choses tournaient autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hic .. Hic .. Hic ..   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hic .. Hic .. Hic ..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romans Divers :: Velinoria :: Bethsana :: Capitale : Cernaris-
Sauter vers: