..
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présentation de Cassandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Présentation de Cassandre   Ven 15 Mai - 18:24

Vous.

J’ai juste pris des rides depuis la dernière fois … le poids du temps écrase tout ceux qui ont le malheur d’être sous son courroux.

Votre Personnage.

Nom : Megihrah
Prénom : Kassandrâ
Âge : 25 ans
Taille : 1m75
Poids : 57 kg

Caste Choisie : Stellaris

Cassandre est une Stellaris de rang S dont l’armure porte le doux non de ‘’Aequa Iudex : La Justice impartiale’’ mais qu’elle préfère elle-même appelé ‘’ Semita Statera : La voie de l’équilibre’’ étant donné qu’elle considère que le véritable nom de son armure fait honte à sa place au sein de l’Empire d’Azenor. Pour elle, l’impartialité était réservée à Qintarah et elle n’avait aucunement la prétention de pouvoir rivaliser avec le jugement de sa divinité.

‘’ Tant que mes yeux ne seront pas fermés à jamais, je ne pourrais laisser mes sentiments de côté ! La justice humaine se doit d’être réfléchi et non pas automatique.’’

Cassandre s’est vu implanter son bracelet dès son plus jeune âge et malgré sa réticence initiale de porter ce qu’il lui semblait être un véritable fardeau, elle a rapidement appris à maitriser son pouvoir, notamment à cause de la pression de son père qui voyait en sa fille une bonne occasion pour arriver dans les hautes sphères de la société.

Ce bracelet de forme spiralé  s’enroule sur une bonne partie de son avant-bras gauche et s’arrête au niveau du coude. Elle préfère cependant le caché non pas pour dissimuler son appartenance aux Stellaris même juste elle n’apprécie pas d’être traité comme tel. Elle ne veut en aucun cas que son rôle de juge ne puisse être entaché ou corrompu par ses capacités.

‘’ La justice ne doit pas être le fruit de la peur et de la soumission, mais juste une graine semé par le souffle de la vérité.’’

Lorsqu’elle active son bracelet, son armure se matérialise, recouvrant entièrement son corps et ne laissant entrevoir que sa bouche, son nez et partiellement ses yeux étant donné qu’elle les dissimule pour la plupart du temps derrière une sorte de visière.

Bien, et si nous passions au design de son armure ? En même temps vous n’avez pas le choix. Avec un bleu cyan comme couleur majoritaire malgré la présence d’un pourpre presque noirâtre à la fois sur ses gantelets et sur le haut de son casque, son armure possède un design assez épuré dans l’ensemble. La balance de la justice est représentée sur le plastron dans un contraste doré/argenté ; les deux plateaux de la balance porte respectivement un cœur et un cerveau représentant l’équilibre entre les sentiments et la raison. Sur son gantelet droit, le glaive de la justice épouse parfaitement son bras indiquant que c’est celui-ci qui exécute le jugement. Tandis que sur le gauche, ce sont les tables de loi de Qintarah qui sont mises à l’honneur, portant les armoiries de l’empire de d’Azenor.

‘’Nul ne peut se dérober à mon jugement ! Lorsque ma voix vous parviendra, votre cœur et votre âme se scinderont sur mes plateaux d’argent’’

Son armure lui donne des capacités qui ne sont pas vraiment adaptés aux affrontements directs mais plus spécialisés dans le contrôle, la manipulation et l’entrave.

Son armure confère à Cassandre les pouvoirs liés aux trois symboles de la justice représentés dessus. Selon la technique utilisée, la balance, le glaive ou les tables des lois scintille proportionnellement à la puissance de la technique utilisé. La balance de la rédemption lui permet de connaitre la vérité derrière chaque acte et chaque propos, elle peut également juger toute personne se trouvant devant-elle selon ces actes passées ou bien selon ces prévisions pour le futur. Elle trouvera bien quelque chose dans ses souvenirs qui poussera la balance à s’incliner dans le bon sens. Si elle s’incline du côté de la condamnation, son adversaire devra passer l’une des épreuves de la rédemption s’il veut garder son âme.

Le Glaive de la damnation est le seul des trois symboles qui lui offre un pouvoir véritablement offensif. Il permet de fortement solidifier son bras droit qui porte le symbole du glaive. Ce bras devient alors encore plus tranchant que la plus affiné des lames tout en pouvant découper n’importe quoi jusqu’à 1 kilomètres de diamètre.

Le recueil de l’influence donne quant à lui des capacités de manipulation et d’entrave à Cassandre. Ce pouvoir régit par sa voix lui permet de contrôler que ce soit les hommes ou les animaux et de les entraver comme il se doit.




Rang : S

Ville ou Village De Naissance : Athes

Description Physique :
Cassandre n’est en aucun cas ce qu’on pourrait appeler une femme athlétique ni voluptueuse. Une silhouette svelte marqué par une faible poitrine, et de l’autre côté ce n’est pas mieux… Elle a d’ailleurs beaucoup été moquée durant son enfance à cause de son manque de forme mais elle ne veut plus y penser ; de toute façon, elle n’a jamais pris ce genre de remarque en rigueur. La jeune femme s’est toujours appréciée comme elle était et ce n’est pas quelque parole dénuée de sens qui pourra la faire changer de train de vie.  

Ses cheveux d’un blanc platine lui arrive jusqu’au haut du dos mais redescendent légèrement au niveau des épaules. On lui a souvent dit dans sa carrière que ses cheveux semblaient être des flocons descendant directement du Paradis mais elle a toujours pris ses propos comme de l’hypocrisie pure et dure de la part de ces victimes potentielles.

La juge impériale s’habille généralement très sobrement car elle ne supporte pas se faire remarquer et porte la tenue traditionnelle des juges d’Azenor dans le cadre de son tribunal. C’est uniquement lors de ses missions officielles en tant que Stellaris qu’elle a décidé de porter une tenue plus unique lui permettant à la fois de se faire respecter des rangs inférieurs mais également de pouvoir porter son armure sans aucune gène. Elle se permet de laisser son bracelet à la vue des autres lorsqu’elle en compagnie de ses confrères et porte une tunique bleu et assez courte exhibant ainsi ses jambes.

Description Psychologique :

En tant que juge suprême de l’Empire d’Azenor, Cassandre a une personnalité assez difficile à cerner d’une part car elle déteste elle perçu comme un livre ouvert, mais surtout parce-que elle se comporte différemment selon la personne qui se trouve en face.

‘’Je laisse mon cœur guider ma main et la raison régir ma voix’’

Etant à la fois très rude et humaine, pour Cassandre, le plus important est d’apprendre à saisir la psychologie de toute personne qu’elle doit juger. Elle répète d’ailleurs souvent :

‘’Il est primordial de punir les intentions et non pas les actes qui ont été commis. Une tentative d’assassinat prémédité se doit d’être plus sévèrement réprimandé qu’un accident mortel’’  ’’

Elle est tout à fait consciente d’avoir la vie de tous les suspects qui se présentent devant elle dans sa main et c’est justement pour cette raison qu’elle préfère prendre son temps avant de rendre sa sentence. Elle sait en revanche se montrer impitoyable envers ceux qu’elle ne considère pas comme étant digne de vivre sur cette Terre. On peut dire que lorsqu’elle a quelqu’un dans le collimateur, elle ne le lâche pas avant que sa tête se retrouve tranchée purement et simplement. Elle n’hésite d’ailleurs pas à exécuté elle-même ceux qu’elle considère comme étant les pires rebus de la société Azenorienne.

‘’ La vengeance n’est pas un crime, ce n’est qu’un juste retour des choses mais qui doit être sanctionné pour ne pas être renouvelé’ à l’infini’’

Ce qui fait que Cassandre est plutôt apprécié des Azenorien, c’est justement son humanité. Elle sait voir au travers des mensonges et son pouvoir lui permet également de voir les raisons dissimulé derrière chaque acte ce qui lui permet d’ailleurs de toujours prendre la bonne décision. C’est toujours un avantage quand on exerce une telle responsabilité. C’est justement car elle connait ses raisons qu’elle ne peut se résoudre à condamner les vengeances comme étant des meurtres… vu qu’elle a elle-même était contrainte de suivre la voie de la vengeance en tuant son propre père …

‘’Je ne considère ni les Balinoriens, ni les Bethsanais comme étant des ennemis, seul les Azenoriens faisant honte à leur nation seront éliminés par mes soins ! ‘’
Voilà les personnes que Cassandre déteste le plus, les traitres à leur nation et tous ceux se liguant contre l’Empire d’Azinor de l’intérieur ; la mort est une sentence bien trop douce pour ces gens-là. Cette rancœur est encore plus présente au sein des Stellaris et elle n’hésitera pas à juger même au cœur de la bataille, un des siens qui déshonore leur ordre. Elle sait en revanche se montrer plutôt proche de ses frères d’armes qu’elle considère comme étant digne d’obtenir la puissance d’une armure.

‘’Je suis certaine que le jour viendra où les Stellaris, les Animas et les Lacrimas s’uniront contre une menace commune, ce jour-là, Velinoria pourra connaitre une paix durable … mais la justice sera encore plus délicate à rendre ! ‘’

Cassandre à toujours prôné un rapprochement entre les trois grands Empires tant que ce n’est pas dans le désintérêt d’Azinor. Elle est d’ailleurs assez proche de l’Empereur d’Azinor de par sa place au sein des Stalleris et son rôle de juge suprême.


Test RP imposé :

Les commentaires allaient à foison dans le tribunal, que ce soit au niveau du public ou de la partie civile qui était déjà persuadée de sa victoire.  Même la cour d’assise, horrifiée par les accusations portées sur le suspect, ne pouvait dissimuler leur effroi. Pour ma part, je m’efforçais de garder mon sang-froid, ce n’était pas la première que je voyais des criminels de cette envergure et ce n’était sans doute pas la dernière.

‘’Comment cette Terre régit par le Seigneur Quintarah pouvait-elle donner naissance à des monstres pareils… ‘’

Voilà bien une question que je me posais à longueur de temps mais dont jamais je n’avais eu un semblant de réponse. Les yeux fixés vers lui, je ne voyais même pas l’intérêt d’user de mes capacités alors que sa culpabilité ne faisait absolument aucun doute, de par ses aveux indirects ou les preuves recueillis par les autorités confirmés. Il n’y avait de toute manière aucune chance que cet énergumène puisse se repentir, et ma lame était exclusivement réservée aux hautes trahisons envers notre Empire. Inutile dans ces circonstances de perdre plus de temps !

-Monsieur Randrô, au vue des éléments qui ont été recueilli, le verdict sera on ne peut plus clair. En tant que Juge suprême de l’Empire d’Azinor, je déclare que Talan Randrô est reconnu coupable de meurtre au premier degré sur les personnes de Talilah Randrô, son épouse et de Selinor Randrô, son fils unique. En absence d’élément concret de la défense et au vue de l’analyse psychologique qui nous as été délivré, le prévenu est condamné à la peine capitale et sera exécuté d’ici trois jours à huit clos. La cour préviendra les parties en cas de grâce impériale. Veuillez ramener le prévenu dans sa cellule !

Les deux gardiens de la paix chargés de la garde du prévenu s’exécutèrent alors, Talan semblait complétement vide, même le prononcement du jugement ne l’avait pas ébranlés. Il devait déjà être conscient qu’il ne pouvait s’en sortir après ce qu’il avait fait. S’était-il résolu à mourir ou voulait-il rejoindre les siens qu’il avait si violement exécuté dans un excès de folie ? Quelle injure pour ces victimes … La mort est une punition bien trop douce pour ces hommes ayant osé faire honte à nos enseignements mais même les pires criminels ont le droit à la mort en tant qu’homme.

Je frappai à trois reprises sur le socle de mon maillet pour ramener le silence dans la salle après les fortes satisfactions de la partie civile. Cette journée avait été pour le moins éreintante, les affaires s’étaient succédées dans une telle cadence que j’avais l’impression d’avoir dansé pendant des heures et des heures. Il était déjà dix-sept heures et il me restait pourtant encore une dernière affaire à juger avant de pouvoir enfin avoir un peu de repos. Sur le coup, je ne sentais vraiment pas capable tenir encore une minute de plus, malgré le retard que cela pourrait procurer, je mis fin à la séance en cours.


-La séance est levée, merci de bien vouloir quitter la salle, nous reprendrons dans une dizaine de minute.

Mon regard croisa celui d’Utalah, le procureur général de l’Empire. Nous étions souvent en désaccord, celui-ci prônant bien évidemment des sentences plus lourdes que les miennes mais professionnellement parlant nous nous entendions plutôt bien. Malgré le fait qu’il désirait ma place depuis mon avènement à ce poste, il savait mettre la paix générale de l’Empire devant ses motivations personnelles… du moins c’est ce que je croyais …

Une fois dans les couloirs du Tribunal, je m’adossai au mur avant de soupirer un bon coup. Cette vie je l’avais choisi et je ne la regrettais en aucun cas … mais je me demandais à de bien nombreuses reprises comment ce serai passé ma vie si je n’avais pas reçu ce bracelet. Je serai peut-être en train de bronzer sur les magnifiques plages d’Athes ou vivre en famille dans les plaines rocheuses d’Anir mais non,  le destin en a décidé autrement et a préféré m’envoyer au cœur d’Eteroth .  

Complétement perdue dans mes pensée, je ne remarquai pas qu’un tout jeune avocat, qui avait été recruté il y’a quelque mois par mes soins, venait tout juste de s’arrêter devant moi.


-Mademoiselle Cassandre ?

-Qui y’a-t-il, Inkrah ? Quémandai-je malgré l’espoir qui s’envoler de pouvoir rester quelque minute tranquille.

-J’ai entendu le procureur général parler avec d’autre membre de la cour suprême vers midi et il me semble avoir votre nom dans leur conversation. Faites attention à vous, votre jeune âge ne joue pas en votre faveur surtout dans ce milieu.

Tiens donc ? Les ténors du barreau maniganceraient-ils quelque chose ? Non c’était invraisemblable, ils savaient très bien que ma place aux seins de l’Elite Stellarienne me donnait une immunité quasi inviolable, excepté par notre empereur lui-même. Cela ne serait guère à leur avantage de me chercher des noises même si bien évidemment je ne pouvais pas utiliser mes pouvoirs sur mes propres camarades.

-Je te remercie de t’en soucier mais tu n’as pas à t’en faire, cela ne doit être qu’un malentendu. Je dois te laisser, je ne peux pas me permettre d’être en retard. J’espère que nous nous reverrons bientôt, à plus !

Le jeune homme me salua à son tour avant que je reprenne le chemin inverse, direction la dernière affaire de la journée, enfin ! J’avais hâte de prendre un bon bain chaud et de barboter pendant une heure minimum avec mon petit canard en plastique. Tout le monde s’installa dans un silence d’or mais j’avais la désagréable impression que l’ambiance était devenue plus pesante. Etait-ce les propos d’Inkrah qui m’aurait déstabilisé malgré moi ? Pour briser le moule, je pris la peine de débuter les hostilités très rapidement.

-Bien, affaire suivante !

Je perçus des chuchotements du côté de mes confrères sans pour autant en comprendre leur sens mais quelque chose clochait ! Même les assesseurs agissaient comme si il n’avait pas entendus mes propos.

-Et bien, qu’attendez-vous ?

Finalement l’un d’eux se leva pour présenter la dernière affaire au reste de la cour cependant, j’étais assez mal à l’aise, quelle était cette sensation ? Je me sentais à la fois épiée et menacée comme si une épée de Damoclès se balançait juste au-dessus de moi.

-Excusez-moi Madame la Juge, la prochaine affaire concerne un assassinat commis il y’a 14 ans, celui de Anakrôhm Krâ Landrû.

Anakrôhm … Je devais avoir mal entendu. Je jetai succinctement un coup d’œil vers Utalah qui ne sembla pas du tout surpris à l’annonce de ce nom.

-Je pense avoir mal entendu, pourriez-vous répéter ? Requerrai-je  en essayant de garder mon calme.

-Vous avez parfaitement compris, Madame La Juge, kukuku. Nous avons décidé de rouvrir le dossier concernant le décès de votre père. Nous sommes parvenus à obtenir des informations qui n’ont pas pu être présentés il y’a deux ans lors de la clôture du dossier. Ces éléments nous ont semblés suffisamment importants pour demander cette réouverture qui a été accepté par les hautes autorités, Précisa le procureur général.

Ma main commençait à trembler au gré des explications d’Utalah, aurait-il donc compris ce qui se cachait derrière le meurtre de mon père ou n’était ce que de simple spéculation ? Dans les deux cas, j’avais le sentiment réel d’être en danger, ce qui pourtant ne m’était pas arrivé depuis que j’avais été nommé à la tête du département juridique de l’Empire. Je ne devais pas leur montrer mon inquiétude, autant rester moi-même et essayer de couper court à cette mascarade.

-Vous estimez que je me suis trompée il y’a deux ans ?  

Des murmures s’élevèrent dans la grande salle, cette affaire avait été très médiatisée à l’époque et la majorité des personnes se trouvant dans l’enceinte du tribunal se souvienne encore de l’insistance du prévenu à clamer son innocence pendant toute la durée du procès. Cependant, la balance de la rédemption avait eu raison de ses mensonges et j’étais parvenu à démontrer au reste de la cours ses véritables intentions. Il avait été exécuté le jour même sans jamais avouer ses péchés… En vérité, c’est ce que je leur avais fait croire et cette affaire représenté pour moi la pire et l’unique bavure dans toute ma carrière… La seule fois ou en toute connaissance de cause j’ai envoyé un innocent à la mort. J’avais gardé ce terrible secret enfouie en moi depuis ce jour et jamais je n’aurais imaginé que cela puisse refaire surface …

-En premier lieu, nous pensons que c’était une grave erreur de vous laisser présider cette affaire alors que vous étiez directement concerné par celle-ci. Notre Empereur a jugé que vous étiez parfaitement apte à la diriger et nous respections son choix, mais aujourd’hui nous estimons qu’en tant que témoin clé dans l’affaire, vous devez être démise de vos fonctions jusqu’à la fin de la séance !

-Je peux parfaitement comprendre votre méfiance, mais j’ai mené cette affaire comme n’importe laquelle, l’expertise a été complété par toute la cour de l’époque. Et puis, dois-je vous rappeler que exceptionnellement, un jury d’assisse a été appelé à siéger pour cette affaire ? Ce n’est même pas moi qui ai prononcé le jugement. Je ne vois pas comment j’aurais pu profiter de ma place pour falsifier le dossier.

-Ne jouez pas l’innocente avec moi, nous savons tous deux très bien que c’est votre propre jugement qui a influencé les membres du Jury. Ils ne pouvaient pas remettre en doute les capacités de votre balance qui a servi à de si mainte reprise à dénicher les pires assassins de notre temps. Ils avaient foi en vous et vous les avez manipulés !

-Comment osez-vous ? M’énervai-je en tapant brusquement sur le pupitre.

Je n’avais vraiment pas l’habitude qu’on me résiste, surtout dans l’enceinte de mon propre tribunal. Ce misérable … que cherchait-il à obtenir ? Il n’y aurait pas autant de monde dans la salle, je lui aurais déjà tranché la gorge pour lui montrer ce qu’il en coute de se moquer de moi dans mon domaine ! La porte centrale s’ouvrit dans un grincement à la limite de l’horreur. Avoir des portes mécaniques c’est bien, mais il faudrait penser à les graisser de temps en temps. Un homme très bien bâtie rentra devant les yeux énigmatiques de toute la salle. Cet homme … je le reconnaissais, cela faisait des mois que je ne l’avais pas vu, depuis que je l’avais fait croupir en cellule… mais pourtant… ces yeux … je ne pourrais les oublier !

-J’exige le silence dans la salle ! Dit-il juste après avoir dépassé le banc des accusés.

-Toi ! Balbutiai-je, comment peux-tu remettre les pieds dans ce Tribunal après ce que tu as fait !

Cet homme, c’était un ancien juge que j’avais condamné il y’a à peine quelque mois pour avoir aidé des prisonniers à s’évader, que faisait-il ici ? Il était pourtant censé rester plus de 2 ans enfermé sans aucune possibilité de libération. Je ne comprenais plus rien…

-Du calme Cassandre, je suis juste venue pour pouvoir assister à ta débâcle, rien de plus.

Et en plus il me tutoyait ! Non mais c’était le monde à l’envers. Je me tournai tout naturellement vers le procureur pour obtenir une réponse mais j’avais de plus en plus de mal à me contenir …

-Monsieur Paku a été désigné pour être le juge de cette affaire, je vous prierai donc de bien vouloir quitter votre place et d’aller à la barre, après tout, vous être le témoin principal si je puis dire, kukuku.

-Lui ? Vous plaisantez ? Ce n’est pourtant pas le nombre de juge qu’il manque… pourquoi l’avoir choisi lui ? Il fait honte à ce que nous représentons ! Il …

Je n’eus pas le temps de terminer que deux gardiens de la paix se glissèrent derrière moi avant de me prendre violement par le bras.

-Que faites-vous ? Je vous ordonne de me lâcher tout de suite !

-Vous n’êtes plus en position pour ordonner quoi que ce soit, Cassandre ! C’est la troisième fois que je vous demande d’aller à la barre alors vous comprendrez que je perds patience.

Ils me traînèrent de force jusqu’à la barre, allant même à me retirer de force mon manteau de juge. Voir ce vaurien s’installer à ma place m’irritait au plus haut point… Quelle insulte à notre profession. Je n’en pouvais plus, cela avait déjà trop duré, alors que je voulu faire appel à mon armure, je remarquai que mon bracelet avait disparu.

*Impossible … serait-ce … une illusion ? Que se passe-t-il ? Serait-ce … ma punition pour avoir fait éliminer un innocent ? Tout cela me paraît pourtant si réel. *

-Bien, commençons !

-Je refuse d’être jugé par ce traitre !

-Laisses-tu tes victimes décider ? Non, alors tu n’as rien à réclamer !

-Mes victimes ? C’est une plaisanterie ? Défendre ces criminels ne fait que prouver que vous ne valez pas mieux qu’eux, monsieur Le Juge ; et vous me l’avez déjà prouvé !

-Trèves de bavardages. Vous vous appelez Cassandre Krâ Landrû, est-ce exact ?

Voici donc ce qu’on pouvait ressentir de l’autre côté … La crainte perpétuelle que nos pires secrets soit révélés au monde entier ; que notre vie soit à son tournant et que surtout on la termine dans un endroit le plus croupi qui puisse exister. Je comprenais à présent ce que pouvait ressentir tous les criminels qui se tenaient face à moi, tous ceux sachant pertinemment que rien ne pourrait m’échapper et préférant craquer avant même que je sonde leur esprit. Quelle ironie du sort … cette expérience m’intrigue vraiment, j’allais enfin avoir l’occasion de voir le verso du miroir.

Je n’avais pas le choix, je me sentais comme enchaînée avec l’impression que dans tous les cas, je ne pouvais que jouer leur jeu.

-Oui ! Marmonnai-je.

-Jurez-vous de dire la vérité et rien que la vérité ?

Je ne pouvais m’empêcher de grincer des dents.

-Je le jure …

-Bien, madame Krâ Landrû, vous paraissez devant nous en tant que témoin principal de l’affaire concernant …

-Passez les formalités ! Et dites-moi plutôt ce que vous avez de nouveaux à ajouter qu’on en finisse avec cette mascarade !

-Vous commencez déjà à perdre patience, Cassandre ? Kukuku. Très bien, je n’ai pas non plus envie de perdre du temps inutilement. Je me permets d’abord de rappeler les conclusions de la dernière expertise. Lors de la nuit du 18 Mai au 19 Mai, votre père a été tué dans votre demeure alors que vous et votre mère étaient parties dans de la famille à Eteroth c’est bien ça ?

-Oui, nous le savons tous cela. M’agaçai-je.

-On arrive au plus croustillant ne vous inquiétez pas, lorsque votre mère et vous avez découvert le corps de votre père, vous avez dit avoir trouvé son bureau sens dessus-dessous et que nombreux documents avait été dérobés, n’est-ce pas ?

Je ne fis qu’acquiescer en tapotant violemment du pied.

-Ces documents correspondaient à des recherches que votre père avait mené pour le bien de notre service Recherche et Développement ce qui vous a tout de suite mené, vous et le jury, à vous intéresser à ses collègues de travail. Ses recherches étaient soumises à une clause de confidentialité très stricte que ce soit de la part de son service et de l’Empire lui-même. Cette disparition a provoqué l’arrêt immédiat de ces recherches et a été une perte considérable pour notre armée. Il était logique de penser que cette tragédie était l’œuvre d’un traitre à l’Empire d’Azinor qui désirait saboter des années de travail et qui était parvenu à infiltrer notre service ; du moins, c’est la conclusion à laquelle vous êtes parvenue, je me trompe ?

-Je n’ai rien à rajouter.

Je me contentai d’écouter attentivement ses balivernes, il ne faisait que répéter ce que je savais déjà, rien de plus.

-Bien, vous n’avez à l’époque, pas réussi à obtenir des renseignements de la part de l’armée sur ses recherches mais vos découvertes vous ont menés vers un des responsables et le supérieur de votre père dans ses recherches. Pouvez-vous nous rappeler comment vous en êtes venue à le suspecter ?

-Vous le savez pertinemment puisque vous étiez présent tout le long du procès.

-Vous pourriez faire preuve d’un peu plus de bonne volonté, Cassandre. Ce n’est pas bien grave, donc, la seule preuve qui vous a permis de l’incriminer fut une lettre retrouvée dans ses effets personnels utilisant un cryptage datant de la précédente guerre. Il était évident pour vous, que ces messages provenaient de l’Empire Balinorien et que cet homme, traitre à la solde de Balinor avait tué votre père pour mettre fin à ses recherches pouvant avoir un effet néfaste sur sa nation. Je ne me trompe pas ?

-C’était l’évidence même, je ne vois pas comment vous pourriez remettre en cause cela.

-En l’absence totale d’aveux et de preuve reliant cet homme au lieu du crime, vous avez utilisé votre balance pour pouvoir extirper la vérité et avez révélé avoir vu la scène. Je me souviens même que vous  étiez profondément bouleversé à ce moment-là. Mais si tout cela n’avait été qu’une banale comédie ? Si depuis le début vous aviez caché ce qui était réellement arrivé ?

J’étais pour le moins tétanisé, je me sentais comme un livre dont on aurait arraché la couverture. Ils étaient donc vraiment au courant de tout … Je ne pouvais le cacher éternellement d’ailleurs … mais au moins, cela me libérera d’un fardeau que je ne pouvais plus porter. De toute façon, je ne regrette en aucun cas ce que j’ai fait qui est en totale adéquation avec la véritable justice.

-Etayez votre pensée !

-C’est simple, si tout cela avait été fabriqué de toute pièce par … vous ?

-Je vous en prie Utalah, laisser votre rancœur de votre côté et regarder les faits, mis à part le fait que je puisse en effet être impliqué dans cette affaire, pour quelle raison aurais-je fait accuser un innocent ? Vous savez pertinemment que c’est la dernière chose que je ferais. Et puis surtout, pourquoi protégerais-je le meurtrier de votre père ?

Il n’y avait aucune chance qu’il ait toute les cartes dans sa main et ce soi-disant procès pourrait être une parfaite occasion pour remettre cet arrogant à sa place.

-C’est vrai Cassandre, je vous sais juste. Peu importe les circonstances, jamais vous n’auriez fait accuser un innocent, mais nous reviendront sur cela plus tard. Quant à votre seconde question, la réponse me parait évidente si ce meurtrier, ou plutôt cette meurtrière se retrouve être vous, ou bien votre mère, voir les deux. Vos alibis s’écroulent mutuellement sans l’autre et vous étiez la plus à même de dissimuler cette vérité et de faire accuser quelqu’un d’autre sans la moindre difficulté.

-Vous déraisonnez ! Mais soit, expliquez-moi donc pourquoi j’aurais organisé une pareille mise-en scène ? Et surtout pour quelle raison aurais-je pu mettre fin à la vie de mon propre père ?

J’étais très froide dans mes propos mais sure de moi ce qui eut le don d’agacer aussi bien le procureur et le juge qui espérait tant me voir flancher.

-Je vous avez dit que nous avions de nouveaux éléments en notre possession, Monsieur le Juge, me permettez-vous de présenter à la cour la pièce à conviction A.

-Je vous en prie faites-donc.

Qu’allait-il bien pouvoir inventer pour me faire tomber… rien qui ne pourrait influencer un jury j’en étais persuadé. Utalah s’avança alors vers moi et présenter à la cour d’assisse un document qui apparût en gros plan grâce à un hologramme placé au milieu de la pièce. J’avais du mal à voir de quoi il s’agissait de ma position mais il ne me fallut pas longtemps pour me rendre compte qu’en réalité, ce salopard avait un coup d’avance sur moi.

-Voici un acte de naissance datant d’il y’a dix-sept ans et indiquant la naissance d’un certain Paholô Gecko. Reconnaissez-vous ce document ?

-Le devrais-je ?

Impossible … j’avais personnellement ordonné la mise sous scellés de tous les documents concernant Paholô, et puis, l’armée n’aurait jamais laissé ce genre d’information fuité de leur enceinte. J’avais pris toutes les dispositions pour que tout cela soit enterré pour de bon et que rien ne puisse entacher ma position actuelle. Je savais pertinemment que je ne pouvais dissimuler ma crainte devant un homme de sa trempe.

-Le nom de jeune fille de votre mère n’est-il pas Gecko ?

-J’imagine que vous avez fait vos recherches et que vous n’avez pas besoin de mon acquiescement. Il va de soi que ce nom de famille n’est pas un des plus rares du continent.

-Votre mère à bien fait une fausse couche durant la même période n’est-ce pas ?

-Je ne me souviens pas exactement si c’était durant la même année mais oui.

-Vous voulez savoir ce que je pense Cassandre ? Je pense que votre mère a bel et bien accouché en secret et qu’au moment de remplir le certificat de naissance, vos parents ont utilisé le nom de jeune fille de votre mère pour ne pas que le rapprochement soit fait avec la vôtre. Nous avons d’ailleurs découvert que de nombreux enfant été née durant cette période dont l’on ne retrouve absolument aucune trace dans les années suivantes. Seriez-vous au courant ?

Paholo … toi et tant de jeunes âmes innocentes sacrifiées au profit d’une cause aussi effroyable… que ce soit pour l’Empire ou non, je n’avais pas le choix. Comment aurais-je pu me regarder dans une glace si j’avais laissé de telle expérience continuer.

-Comment le saurais-je ?

-Vous le savez, et nous pouvons le prouver aisément.

Ce misérable qui se faisait appeler Juge remonta la manche de mon propre manteau afin de révéler … Non … C’était une blague ? Mon propre bracelet ? Mais quel était ce maléfice … Une punition divine ? Il ne me considère donc plus capable d’exercer son jugement sur Terre après ce que j’ai fait ? Je pouvais le comprendre, mais je ne laisserai rien entacher tout le travail que j’ai mené jusqu’à présent pour pouvoir me rapprocher des hautes sphères de notre Empire. Actuellement, je suis l’une des personnalités les plus influentes et je refuse de voir tout ça s’écrouler pour une simple erreur du passée qui était plus que raisonnée de surcroit.

Les yeux rivés sur le bracelet, je sentais tout la pression qu’il pouvait exercer. Voici donc ce qu’ils pouvaient ressentir à chaque fois que je les menaçais de révéler à toute la cour leurs plus sombres desseins. Effrayant … Je ne voulais pas … non je ne voulais pas ressentir cela … L’effet de la balance de la rédemption, je suis la mieux placé pour savoir que cette torture psychologique ferrait flancher n’importe qui.

La tête baissée, je n’avais plus le choix à présent. Ils devraient pourtant savoir que la justice ne cherche pas à révéler des secrets, mais uniquement à apporter des réponses concrètes lorsque que notre avis est quémandé ! Ce qui n’était pas du tout le cas ici. Certaine chose ne doivent pas être révélé, surtout dans une séance ouverte au public.


-Vous voulez connaitre la vérité, hein ? Très bien, mais je vous demanderai de faire évacuer la salle avant !

-Pourquoi ferrions nous ça ?

-… Sinon … c’est l’Empire lui-même qui pourrait être en danger ! Dis-je d’un air plus froid encore qu’avant.

Les deux antagonistes de cette comédie me regardèrent fixement avant de partager quelque mots entre eux.

-Bien, je demande à tout le monde de quitter la salle même la cour, je veux qu’il ne reste que moi, le procureur et notre témoin … enfin je pourrais plutôt vous appeler notre prévenue à présent.

Tous s’exécutèrent sans rechigner, et dire que j’avais moi-même du mal à faire évacuer les lieux lors des grands procès … quelle honte ! Tandis que la porte se referma, je cherchai pour ma part un moyen de me sortir de là mais avec mon bracelet en sa possession c’était inutile. Autant leur dire la vérité … et les convaincre que rien de ce que je n’avais fait ne pouvait être défini comme étant contre la justice Azenorienne.

-Nous vous écoutons à présent.

Je me tus pendant de longue seconde mais à quoi bon retarder l’inéluctable ? Autant que je vide mon sac pour pouvoir ensuite me consacrer à ma propre défense.

-Le projet A.R.C … je suppose que vous ne savez rien sur ce projet et pourtant c’est la clé de cette affaire. Armure à Renforcement Cellulaire, rien que la signification de ce projet fait froid dans le dos mais vous n’avez rien vue. Cette opération a était lancé il y’a pratiquement vingt-cinq ans conjointement entre l’armée et la section Recherche et Développement. Elle avait pour objectif de créer des armures encore plus puissantes que celle portées par les Stellaris pour renforcer notre armée au cas où la guerre éclaterait de nouveau. Un projet qui en soi n’avait rien de contraignant et qui pouvait nous permettre de prospérer dans toute les circonstances mais … ils ont visés bien trop haut et ont voulu s’élever bien au-delà de leur propre limite.

-Que voulez-vous dire ?

Je ne parvenais toujours pas à comprendre comment notre Empereur avait-il pu accepter un pareil projet … peut être n’était-il même pas au courant à l’époque.

-Cette horrible opération, visait à utiliser des cellules humaines pour créer des bracelets d’une nouvelle génération en imitant la conception de nos armures de Stellaris. Pour éviter tout rejet, de nombreux cobayes ont était utilisé comme sujet de test de la part de la section en charge de ce projet, mon père en faisait partie. Bien évidemment, ni ma mère ni moi n’était au courant de cela, il évitait de parler de son travail à la maison sauf qu’au bout d’un moment, et alors que le projet semblait arriver à son terme, ils manquèrent d’enfant … car oui bien sûr, la majorité de ces cobayes étaient des enfants orphelins ou alors des sans-abris. Ils s’étaient rendu compte que les cellules enfantines offraient d’ailleurs une meilleure plasticité. Ils devaient donc en trouver d’autre mais sans éveiller les soupçons de la population… Et … Mon père a mis ma mère enceinte avec déjà l’objectif d’utiliser son futur enfant pour ses expériences. J’ai découvert par hasard des résultats de recherche dans le bureau de mon père peu avant la naissance de mon frère mais à l’époque je n’avais absolument rien compris à ce qui était inscrit.

-Attendez, vous voulez dire que votre père a utilisé son propre fils à des fins scientifiques ?

Une larme coula sur ma joue, j’étais vraiment sur le point de craquer, jamais je n’avais raconté cela à quiconque …

-Oui … Nous nous sommes rendue compte de rien jusqu’à son décès à l’âge de trois ans … Encore aujourd’hui j’ai honte de ne pas l’avoir remarqué, ce n’est que peu de temps après que j’ai fait le rapprochement avec les documents que j’avais trouvé. Bien évidemment, lorsque j’ai questionné mon père, il a nié en bloc mais il n’a rien pu faire contre le jugement divin… il a même refusé de se repentir, disant que tout ce qu’il avait fait était pour notre bien à tous, pour celui de l’Empire et que des sacrifices étaient nécessaires pour pouvoir garantir notre avenir. Non … non je ne pouvais laisser une telle chose se produire. Je ne pouvais laisser la sécurité de tout notre population … la mort de toute ces personnes passaient après notre Empire. C’est donc, avec la plus grande détermination que je l’ai tué de mon glaive… Je revois encore, son sang couvrir mon armure et l’impurifier !

Je levai les mains toutes tremblantes en imaginant de nouveau cette scène qui me hantait depuis tant de temps.

-Mais, je ne regrette en aucun cas ce que j’ai fait à cette époque. Que ce soit mon père ou son supérieur que j’ai fait accuser à ma place, tous deux étaient coupables d’infanticide au premier degré, il était de mon devoir de les punir ! Je n’ai fait que rétablir l’ordre rien de plus, toutes ces personnes innocentes ayant péris … je me devais de les venger, mon frère comme les autres.

-Peu importe vos raisons, vos actes sont inacceptables, non seulement vous avez tués un homme et en avait fait tué un second sans aucun remord mais surtout, vous avez agi contre les intérêts d’Azinor.

-J’ai agi véritablement en tant que juge, il est également de ma responsabilité de veiller au bon déroulement des opérations des autres sections. Mais vous avez raison, j’ai préféré privilégier la population que l’Empire en soi, qui sait ce que ce projet aurait pu entrainer si il avait été abouti … Il était contre nature ! Ces deux morts ont permis de sauver de nombreuses vies et en tant que tel, je ne regrette absolument pas ce que j’ai fait. J’ai toujours considérer qu’il était normal de sacrifier une personne si cela pouvait permettre de sauver une centaine d’âmes innocentes, n’êtes-vous pas de cet avis ?

-Vos actes ont entrainés un affaiblissement d’Azinor, dans votre position, vous ne pouvez pas vous permettre de laisser vos sentiments prendre le dessus.

-Hahaha, c’est pour cette raison que vous ne serez jamais à ma place. Juge ou pas nous restons des hommes et nous n’avons pas le droit de juger quelqu’un sans humanité, cela n’est pas de notre ressort. Sans cœur, vous ne jugerez pas, vous punirez ! C’est parce-que j’ai réussi à trouver le juste milieu entre le cœur et le raisonnement que je suis parvenue là où j’en suis aujourd’hui.

-A cette époque vous n’étiez rien et vous auriez dû laisser la justice se charger de cette affaire.

-Je me considérai déjà à cette époque comme étant la véritable et l’unique juge, je n’ai fait qu’appliquer la sentence quelque année plus tôt rien de plus.

-Vous avez outrepassé vos droits !

-Peut être en effet, c’est là ma seule faute, d’avoir voulu croire que j’étais un esprit vengeur pour toute ces victimes mais je n’ai jamais considéré la vengeance comme un crime et vous le savez. Je n’ai jamais condamné quelqu’un ayant tué un être plus qu’abjecte car je me dis que dans le fond, cette personne à peut être sauvé des vies.

-Voilà une vision assez utopique de vos délits.

-Il n’y a rien d’utopique là-dedans. J’ai toujours agis selon mes propres convictions et j’imagine que c’est bien pour cela que j’ai été choisie … La justice est extrêmement délicate, c’est vrai et c’est justement pour ça que pour la comprendre, il faut l’avoir vécu sous toutes ses facettes. Contrairement à bien d’autre haut dignitaire de notre système juridique. Je ne prends pas en compte uniquement le passé et le présent mais également le futur. Nous ne devons pas condamner des actes mais les intentions des personnes. Sans cette prise de position, vous ne pourrez jamais prétendre servir la véritable justice, non pas celle qui punie, mais celle qui protège ! Car voilà notre rôle premier, la protection mais ça, vous ne semblez pas l’avoir compris encore.

-Il suffit ! Nous retenons uniquement vos aveux, Cassandre.

-Bien évidemment, comme je l’ai dit vous ne prenez pas la peine de comprendre les actes. Vous raisonnez certes, mais vous ne comprenez pas. Vous ne faites que la moitié de votre travail et vous osez me faire la morale ? C’est plutôt facile. Vous représentez une justice corrompu par vos propres ambitions alors vous n’avez aucun droit de critiquer mes méthodes. Vous partiez depuis le début sur une condamnation avant même que je m’exprime. C’était comme faire une partie de carte sans mélanger le paquet et après avoir préparé le terrain. Un procès n’est pas une condamnation prédéterminé mais un débat entre deux camps, il n’y a rien de pire que de voir un juge prendre parti.

-C’est pourtant ce que vous faites, Cassandre.

-Non, je ne me suis jamais positionné que ce soit dans un camp ou dans l’autre. Mon seul but est de révéler des choses qui ne pourraient l’être sans mon apport, c’est tout. Je ne fais que dévoiler la vérité dans les cas d’incertitudes. Préféreriez-vous que le jury se trompe et prenne une mauvaise décision ?

-Assez ! Nous considérons que le meurtre d’Anakrôhm était prémédité et privé de toute circonstance atténuante.

-Il est inutile que je discute avec vous … mais dites-moi plutôt la raison de tout ceci ? Après tout, nous sommes seuls à présent.

Ils voulaient me faire enfermer ? De toute façon rien de ce que je dirai pourrais les faire changer d’avis étant donné que j’avais à faire à un véritable complot, mais je voulais au moins savoir le pourquoi de cet acharnement. Ils n’allaient pas me faire croire que c’était une uniquement une histoire de jalousie.

-Tu veux savoir pourquoi Cassandre ? Soit, tu ne pourras de toute manière plus nous être préjudiciable alors autant que tu saches pourquoi nous en sommes venus à cela. Tu représentes un danger pour l’Empire ! Tes convictions de rapprochement entre les trois grands Empires et ta place au côté de l’Empereur pourraient avoir des répercussions néfastes que tu ne peux même pas imaginer.

-Détrompez-vous, je sais pertinemment ce que cela peut apporter à Azinor. Une paix durable ! La justice ne peut être complète qu’en étant unique.

-Je me demande comment notre Empereur peut croire que vous lui serez utile.

-Le fait que vous ignorez les intentions de notre Seigneur ne m’étonne guère, vous ne pourrez de toute façon pas les comprendre.

-ça suffit ! Cassandre Kra Landrû vous êtes accusé coupable de meurtre avec préméditation et de haute trahison. Vous êtes condamné à la peine capitaine et serait exécuté dans les … jours … a … … …

Non, non, non ! Cela ne peut pas se terminer ainsi, pas après tout ce que j’ai entrepris !

-Ah ! Hurlai-je en me réveillant en sueur.

Mon premier réflexe fut de regarder mon bras gauche pour me rendre compte que mon bracelet était fort heureusement toujours là.

-Un cauchemar … Cela … me semblait si réel, mon esprit aurait-il voulu se jouer de moi ?

-Tout va bien Cassandre ?


-Oui, oui, ça va. Je … Je me suis un peu perdue dans mes souvenirs, rien de grave.

Qui sait … peut être qu’un jour cela arrivera réellement, on ne peut échapper à son passé. Après tout, le passé sert de ligne pour écrire notre histoire…


Dernière édition par Kassandrâ Megihrah le Sam 23 Mai - 23:32, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lalibela Temn'Ishuvala
Chevalier D'Or Des Gémeaux
avatar

Masculin
Age : 30
Messages : 4169
Inscription : 12/07/2008
Citation : Le Destin N'Est Que La Trame De L'Histoire

MessageSujet: Re: Présentation de Cassandre   Sam 16 Mai - 19:27

Bonne présentation Smile je n'en attendais pas moins de toi.

Voici le thème que je te propose.

¤¤ Tout va très vite. Tu es victime d'un complot, car tu gagnes en popularité, en confiance de la part de l'empereur, mais l'élite judiciaire de l'empire d'Azenor ne l'entend pas de cette oreille. Hors de question de te laisser aller plus loin. Ils montent alors un complot contre toi, afin de te déchoir de tes privilèges, et ils y arrivent très bien. Aussi, tu es capturée par cette élite, et ils te font part de leurs projets te concernant, ainsi que la machination destinée à te perdre aux yeux de l'empereur.

tu es impuissante, uniquement capable de subir tout cela, et l'injustice de cette situation te met dans une colère pas possible, mais tu es dans l'impossibilité d'utiliser tes pouvoirs. Aussi, tu n'as que ta verve, que tes talents d'orateur, pour défendre ton idée de justice..

J'aimerais que tu m'écrives un truc autour de cela.

Cela peut paraître difficile à vivre, mais chut .. c'est un secret, ce n'était qu'un cauchemar Wink ¤¤

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Cassandre   Lun 18 Mai - 17:21

Voilà qui est fait Madame la chancelière Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Présentation de Cassandre   Mar 26 Mai - 0:07

Quelle présentation ! C'est rondement bien mené du début à la fin. Les clés de l'intrigue ne sont pas toutes révélées au début ce qui créé un certain suspens tout au long du RP. J'ai adoré le développement psychologique de ton personnage, tu as très bien développé l'impuissance de Cassandre ainsi que le fait qu'elle soit, pour ce procès, de l'autre côté de la barrière. Le registre de langue est très bien choisi et colle parfaitement à l'ambiance d'un tribunal. En clair, on y croit, c'est crédible. Il y a un certain jeu sur les rôles du méchant et du gentil, il arrive des moments où on ne sait plus très bien qui a raison, et qui a tort et ce, même si l'on se réfère à ton personnage. Je regrette cependant les quelques couleurs trop lumineuses(paie à mes yeux) ainsi que les fautes d'orthographes vraiment évitables dans ton RP. Ce serait bien si pouvais corriger la globalité du RP pour un peu plus de lisibilité, quand tu auras le temps. Néanmoins, l'ensemble est vraiment compensé par la longueur et le contenu de l'écriture donc... Félicitations, tu es officiellement validé !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation de Cassandre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation de Cassandre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Cassandre
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romans Divers :: Présentations-
Sauter vers: