..
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Jeu 25 Juin - 22:35

*** C'est ici que va s'écrire l'histoire ***
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Lun 29 Juin - 22:19

    C'est donc ça la forêt d'Azenor ? Je dis juste : ouah. Cela dépasse tout ce que j’avais imaginé. Sérieusement, je ne regrette pas d’être venu. Jusqu’ici, je n’avais connu que les paysages désertiques de Balinor, et c’est la toute première fois que je vois une forêt, une vraie ! Vraiment, cette terre marron et compacte, ces troncs d’arbres épais, ces multiples petites feuilles d’un vert éclatant ! C’est bien différent de ce que je peux lire dans les livres, franchement. Enfin pas si différent que ça, c’est juste plus beau et plus grandiose. Je veux dire, parfois les images et les descriptions, aussi belles soient-elles, ne peuvent pas vraiment rivaliser avec la réalité. Peut-être que mon père avait raison d’insister autant pour que je vienne, même si ce n’est pas pour la raison à laquelle il espère.


    En effet, il y a de cela trois jours, j’ai reçu une lettre m’invitant à une certaine « Célébration des Héritiers ».  Pour être honnête, je ne savais pas vraiment ce que c’était, et comme je n’avais pas envie de faire des recherches là-dessus, j’ai jeté la lettre, même si je savais pertinemment que ma mère la retrouverait sûrement et qu’elle m’obligera à participer. Cependant, j’avais pour une fois tort : c’est mon père qui a trouvé la lettre. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, c’est lui qui m’a forcé à y aller, alors que d’habitude il ne me force jamais à faire quoi que ce soit. Mais cette fois-ci il avait bien évidemment une raison : la première partie de la Célébration se passe à Azenor pardi ! LA terre natale des Mirkhalah, et c’est une occasion en or d’y retourner et par la même occasion de me faire découvrir l'endroit... Mais je n’avais pas du tout envie d’y aller moi. Par Arqiah, pourquoi je devrais participer à des épreuves et me fatiguer pour rien ? Et je me fichais bien d’aller visiter Azenor.  Mais devant mon refus, mon père a tout de même continué d’insister et j’ai bien évidemment fini par céder. Ce n’est pas souvent qu’il fait ce genre de caprice, je pouvais bien le lui accorder pour une fois, non ?


    Et c'est pour cela que je me retrouve là, à assister à la cérémonie d'ouverture. Cependant, je dois dire qu'elle est d’un ennui ! Ces discours sans queue ni tête, quand est-ce qu'ils se terminent... Et comment tant de gens peuvent tenir et se réunir dans cet endroit ? C’est à croire que le monde entier s’est déplacé pour venir assister à cette célébration. Je n’ai qu’une envie : rentrer chez moi. Toute cette foule, c’est trop oppressant. Je n’ai même pas la place pour m’étirer, ni même me retourner, et où que je regarde, il y a des gens qui me bouchent la vue. Tss, pas moyen d'observer plus en détail le paysage. En plus, il y a un gamin derrière qui s’amuse à tripoter ma queue de chat, et quand bien même je l’ai doucement frappé plusieurs fois avec, ce sale mioche continue quand même. Et la cérémonie dure, dure… Quel ennui.

    Finalement, les rois ont appelés les participants, ces fameux Stellaris, Animas et Lacrimas qui vont participer aux épreuves de la Célébration des Héritiers, symbole de la paix entre nos trois continents... C’est marrant, j’ai même entendu mon nom… Quoi ?! Je regarde mon père, interloqué, et il me répond d’un air désolé « c’est ta mère qui l’a voulu… ». Bon sang, moi qui suis juste venu en spectateur, et pas pour participer ! Sérieusement, même loin de moi, ma mère me force à bosser... Résigné, je m’avance – difficilement avec tout ces gens qui répugnent à s’écarter. Je ne peux plus vraiment me permettre de m'éclipser, puisque mon père est là. Bon, je n’ai plus qu’à espérer que tout cela ce passe rapidement…  Apparemment, pour la première épreuve, on est en binôme et on doit chercher des reliques et... survivre cinq jours dans la nature. Par Arqiah, quel horreur, je ne sais comment on fait ça moi ! Je suis cuit, heureusement qu'on est en binôme; D'ailleurs, je suis avec une grand-mère aux cheveux blancs. Enfin, j’espère que ce n’est pas vraiment une grand-mère, je suis mal sinon.

   - Bonjour, je m’appelle Veslan ! Ravi de faire votre connaissance, madame ! Et avant que l’épreuve ne commence, je tiens à préciser que je n’ai jamais essayé de survivre tout seul en pleine nature.  Je compte sur votre aide, s’il vous plait ! dis-je en souriant.

    Tandis que je me présente, j’ai l’occasion de voir son visage. Ouf, ce n’est pas une grand-mère ! Etrange ces cheveux blancs tout de même. Serait-elle albinos ? J’espère qu’elle m’aidera et qu’elle ne me laissera pas crever tout seul dans la nature…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Mar 30 Juin - 23:16

Un vent frais s’était levé, balayant doucement la pâle chevelure de Parthurnaax, qui regarda longuement autour d’elle, émerveillée. Jamais auparavant elle n’avait pu fouler la terre qui avait porté sa mère, et cette seule perspective aurait suffit à la combler. Mais la vue du feuillage vert tendre des arbres élancés et centenaires de ce pays, percé çà et là par des rais de lumière dorée, qui venaient couler au sol comme de l’eau, ainsi que du ruisseau léger qui courait dans son lit de calcaire, achevèrent de l’éblouir. Vraiment, Azenor était un pays magnifique ! Comment sa mère avait-elle pu partir d’un endroit aussi beau ? Pas qu’elle regrettait Balinor, loin de là, Arqiah l’en préserve ! C’était peut être très beau, mais il faisait beaucoup trop frais à son goût.

Un instant, elle posa ses mains dans l’eau fraiche, savourant son contact et la sensation de son cristal réagissant à la présence de son élément lié. Elle se sentait à l’aise et en paix dans cet endroit où l’eau abondait. Ah, sa Sasri serait si heureuse de se trouver ici…

Secouant la tête pour éviter de penser à sa famille et à quel point elle lui manquait, la jeune femme se tourna vers l’autre Héritier qui l’accompagnait pour la célébration, un jeune Mirkhalah aux cheveux corail et aux grands yeux bleus, comme les siens, vêtu avec soin d’une tenue étrange de soie. Elle ne le connaissait pas, et avait raté la cérémonie d’ouverture grâce à la liturgie rituelle des prêtres. Grâce soit rendue à Arqiah !

Quant aux épreuves, elle n’avait pas compris, ni pourquoi elle devait y participer, ni quel en était réellement le but. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle devrait rester avec ce jeune homme pendant cinq jours dans cette forêt à la recherche d’objets. Ça avait le mérite d’être aussi limpide d’une flaque de boue… « Cherchez des objets »…n’avaient-ils pas pu trouver plus imprécis que ça ? Enfin… Au moins, les histoires de jeunesse de sa mère allaient pouvoir l’aider…

-Bonjour, je m’appelle Veslan !, déclara tout d’un coup le jeune Mirkhalah, la faisant sursauter. Ravi de faire votre connaissance, madame ! Et avant que l’épreuve ne commence, je tiens à préciser que je n’ai jamais essayé de survivre tout seul en pleine nature.  Je compte sur votre aide, s’il vous plait !

Une main posée sur le cœur –qui n’avait pas du tout apprécié la surprise-, Parthurnaax se fendit d’un sourire à la fois poli et chaleureux.

-Enchantée, Veslan. Mon nom est Parthurnaax Volondothir, se présenta poliment la prêtresse, prêtresse d’Arqiah et Lacrima de rang A. (elle sourit de nouveau, un peu amusée) Quand à l’aspect survie, n’aie crainte. Les arbres d’Azenor ne doivent guère manquer de fruits, et il y a fort à parier que ces terres fertiles sont dotées de grandes réserves d’eau. J’imagine que nous devrons nous fabriquer un campement pour la nuit et faire du feu pour nous préserver des créatures inconnues de ces contrées…, ajouta la jeune maman, songeuse. Enfin, pour l’heure, nous devrions commencer à chercher ces…objets, quels qu’ils soient…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Mer 1 Juil - 2:21

    Au ton de sa voix, je me sens tout de suite rassuré. Elle a l’air gentille. Avec une partenaire comme elle, peut-être que cette épreuve sera moins infernale que je ne le pensais ? Enfin, pas la peine d’anticiper pour l’instant, les reliques n’allaient quand même pas rappliquer d’elles-mêmes jusqu’à nous. La chasse aux trésors a commencé !  Cependant, je me demande qui sont ces sadiques qui ont organisé ces épreuves. D’accord, on doit trouver cinq reliques. Mais une petite description de celles-ci, c’est trop demandé ? Apparemment oui, c’est démerdez-vous !

    - Euh… vous avez une petite idée à quoi peuvent ressembler les reliques ?

    Je sais que c’est idiot de demander – nous avons tous les deux assistés au même discours après tout – mais on ne sait jamais, peut-être que Parthurnaax a entendu un indice auquel je n’aurais pas prêté attention ? Enfin, si ça se trouve, elle n'y a pas assisté, au discours. Elle a dit être prêtresse, peut-être que ces fonctions l'avaient appelée ailleurs ? Mais quoi qu’il en soit, on a l’air complètement paumé, elle et moi, dans cette histoire.

    - J’espère que vous ne tenez pas tant que ça à gagner… Parce que vu comment c’est parti, c’est pas gagné… Enfin, ça ne veut pas dire que je vais rester là sans rien faire, ne vous inquiétez pas ! Je ferai de mon mieux pour chercher, promis !

    Au fur et à mesure que je parle, je me décompose, mal à l’aise. Peut-être que ce n’est pas une si bonne idée que ça d’avoir un autre Lacrima comme partenaire. Je veux dire, comme on est en quelque sorte collègues, que pensera-t-elle de moi si elle voit que je ne suis qu’un nul ? Si j’avais été avec un Stellaris ou un Anima, pas de problème si je fais n’importe quoi vu que je ne les reverrais probablement jamais, mais là, avec un autre Lacrima, plus haut gradé que moi qui plus est… Ça risque de partir en cacahouète plus tard… Conclusion : je dois faire de mon mieux pour cette épreuve ! Ce n’est pas que je me soucie tant que ça de ce que pensent les autres de moi, non non non. Mais comme les Lacrimas sont mes collègues et s’ils remarquent mes « pauvres » compétences, ma mère ne manquera pas de l’apprendre, et là ça va barder ! Je décide alors de prendre les devants et ouvrir la marche, au moins juste pour donner l’impression de savoir ce que je fais.

    - Ah, au fait, j’ai oublié de le dire, mais je suis aussi un Lacrima, néanmoins je suis de rang B seulement, dis-je tout en marchant. Je ne sais pas si ça pourrait nous être utile durant cette épreuve, mais je peux faire apparaître tout un tas de trucs.

    Bon sang, ces arbres se ressemblent tous ! Et tout ce vert, comment pourra-t-on distinguer quoi que ce soit dedans ? Je m’arrête et regarde aux alentours. Ça y est, maintenant nous sommes en pleine forêt. C’est là que l’épreuve commence véritablement, et qu’il fallait chercher sérieusement les reliques. Mais cette forêt est tellement grande… Quitte à nous faire faire une chasse aux reliques, les organisateurs n’auraient-ils pas pu la faire dans un endroit moins grand et surtout délimité ?

    Nous reprenons la marche et arrivons dans un endroit qui se trouve être une petit clairière, avec une rivière tout aussi petite qui la traverse. Je regarde le ciel : le soleil est déjà à son zénith. C’est étrange, à Balinor on aurait littéralement décédé sous la chaleur que provoque cet astre à cette heure de la journée… Mais ici, l’air est bien frais. Je dois avouer que le climat de ce pays est plutôt agréable. Enfin, je ne me suis jamais vraiment habitué à la température de Balinor, vu les heures que je passe dans la fraîcheur de ma bibliothèque. D’ailleurs, j’espère que je vais tenir ces cinq jours sans aucun livre… Quelle torture ! Mais bon, si je m’investis pleinement dans cette épreuve, peut-être que le temps passera plus vite ?

    Je respire profondément et me retourne vers Parthurnaax :

    - Peut-être que les reliques sont les pierres précieuses ou un autre trésor du même genre ? Et peut-être même que ces trucs que se reflètent ! C’est peut-être même ça le moyen de les trouver, non ? Vu que dans une forêt, il fait assez sombre avec toutes les feuilles, ça devrait être assez dur de les trouver à l’œil nu. Ou alors les reliques sont dans des grottes ? Mais dans ce cas-là, il faudra les chercher, ces grottes.

    Je lance un regard interrogateur à la prêtresse. Je dois avouer que je suis assez perdu dans tout ça, et je ne sais pas vraiment quoi faire. Mais bon, autant essayer tout ce qui nous passe par la tête, n’est-ce pas ?

    En désespoir de cause, je pense à une petite surface lisse, métallique et réfléchissant, surmonté d’un simple cadre de bois, un miroir, et le matérialise, puis j’essaye d’y faire refléter la lumière pendant une bonne minute. Mais rien ne se passe, rien ne revoit la lumière. C’était une idée complètement idiote, finalement.

    - Qu’est-ce qu’on peut bien pouvoir faire ? Cette forêt est bien trop grande… je soupire tandis que le désespoir me gagne.

    Mais soudain, à l’autre bout de la clairière quelque chose bouge. Je me fige. Qu’est-ce c’est ? Ai-je réveillé quelque chose par mégarde alors que je jouais avec le miroir ? Je recule et me réfugie instinctivement derrière Parthurnaax, tandis que la chose derrière les hautes herbes avance…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Lun 6 Juil - 16:57

Si Veslan avait eu l’air un peu angoissé au début de leur conversation, Parthurnaax senti rapidement que son comportement vis-à-vis de lui l’avait apaisé et lui avait donné un regain de confiance en soi. Grâce soit rendue à Arqiah !

-Euh… vous avez une petite idée à quoi peuvent ressembler les reliques ?

Parthurnaax secoua négativement la tête, gênée :

-Non, malheureusement… Je n’ai pu assister à la Cérémonie, mon devoir de prêtresse m’appelant à des soins urgents. Néanmoins, l’on peut sans peine imaginer que ces dites reliques doivent être des objets appartenant à nos cultures respectives…, avança prudemment la jeune prêtresse en se frottant le menton. Mais partir à l’aveuglette…

-J’espère que vous ne tenez pas tant que ça à gagner… Parce que vu comment c’est parti, c’est pas gagné… Enfin, ça ne veut pas dire que je vais rester là sans rien faire, ne vous inquiétez pas ! Je ferai de mon mieux pour chercher, promis !

La jeune femme se tourna vers le jeune Mirkhalah, qui semblait de nouveau être reparti au pays du malaise et du manque de confiance en soi. Retenant un soupir que Veslan aurait surement mal interprété, la jeune maman lui adressa un sourire :

-L’important est de participer, Veslan, et je ne joue pas pour gagner si l’enjeu n’est pas vital. Détends-toi, et arrête de me vouvoyer, ajouta Parthurnaax avec un sourire malicieux. Je ne suis pas ton supérieur hiérarchique ni un membre de ta famille, alors détends toi un peu…

Mais le flot des paroles du pauvre Mirkhalah couvrit les siennes alors qu’il ouvrait la marche, apparemment aussi sur de lui qu’un veau à l’abattoir. Elle ignorait ce qui pouvait bien arriver à ce garçon, mais il avait l’air assez tourmenté. Secouant la tête après avoir décidé de lui en parler le soir même, la prêtresse aux cheveux blancs lui emboita le pas, regardant autour d’elle.

Les ombres moirées au sol, lumière et ombre s’alternant au sol dans un chaos organisé et agréable, traçaient comme un chemin d’ambre et d’onyx sur le terreau fertile du sous-bois, alors qu’un vent frais, presque froid, soulevant les feuilles mortes de l’année passée, les emmenant danser dans son tourbillon irrésistible, passant entre les géants inflexibles qui gardaient cette terre, s’enroulant autour de leurs troncs avant d’aller jouer avec leurs feuilles et de s’envoler vers les cieux azurs. C’était si beau, ici. Mais, dans le cœur de la jeune mère, rien ne remplacerait jamais l’or du désert au zénith, alors que la puissance du soleil vient parer le sable de cette couleur d’un jaune brûlant, presque blanc, éclatant dans toute sa gloire et sa puissance, alors que le vent brûlant de l’oued vient emporter une dune, révélant çà et là les ruines des citées qu’il a dévorées, leur prouvant une nouvelle fois sa supériorité sur eux.
La jeune femme inspira, suivant Veslan sans perdre une miette de la nature orgueilleuse et sauvage d’Azénor, écoutant son camarade émettre ses hypothéses. Il avait de bonnes idées, ce garçon.

-Qu’entends-tu par « se reflètent » ?, demanda la femme aux cheveux de neige en le rejoignant en quelques enjambées laborieuses, coinçant le bas de sa robe dans sa ceinture pour mieux avancer.

Mais, une nouvelle fois plongé dans ses pensées, le garçon ne l’entendit pas. Parthurnaax porta sa main à sa bouche, dissimulant son sourire amusé derrière sa manche. Ces érudits ! Elle entendit une nouvelle fois Veslan se plaindre, et leva la main pour la poser sur l’épaule du jeune homme. Lequel s’arrêta brutalement devant elle, la jeune prêtresse lui rentrant dedans, emportée par son élan. Se frottant le nez, elle réalisa que Veslan s’était caché derrière elle et qu’il fixait les hautes herbes devant eux.
Etendant la main devant elle, Parthurnaax fit appel à la puissance de l’eau, qui vint à elle sans difficulté, formant un long fouet à l’extrémité de sa main droite.

-Vvardenfel, annonça la prêtresse, sur ses gardes, avant d’éclater de rire en voyant un innocent lapin jaillir des hautes herbes et détaler ventre à terre.

Un coup de fouet derrière la nuque l’envoya ad-patres, Parthurnaax filant le chercher.

-Viens, Veslan, l’appela la prêtresse avec un sourire un peu contrit, inquiète à l’idée d’avoir pu le vexer. Nous avons notre diner de ce soir. Tu as de quoi le transporter ? Quant à la recherche des reliques, je propose de quadriller la forêt en rotation exponentielle autour de notre camp… certains animaux utilisent cette méthode afin de retrouver leur chemin, alors… enfin… Oh, Arqiah, je suis navrée, je ne suis pas très douée pour la stratégie...

La jeune femme se frotta la nuque, gênée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Mar 7 Juil - 1:17

    ...et des hautes herbes a surgi un lapin. Je manque de tomber de soulagement, mais l’éclat de rire de Parthurnaax m’achève définitivement : je m’écroule dans l’herbe. Ouf, ce n’est pas un monstre quelconque ! L’envie de m’allonger m’envahit, mais je me ressaisis : nous ne sommes qu’en début d’après-midi, et rien de particulièrement éprouvant n’est survenu pour l’instant. Je m’allongerai dans une fois la nuit tombée. De toute façon, cette journée s’annonce assez tranquille, n’est-ce pas ? Je me relève et vois que ma partenaire vient de tuer le lapin.

    - Viens, Veslan. Nous avons notre diner de ce soir. Tu as de quoi le transporter ?

    Alors qu’elle m’appelle, je la rejoins et prends la dépouille du petit animal dans mes bras. Notre diner de ce soir, hein ?

     - Oui, j’ai de quoi le transporter. Par contre, je ne sais pas s’il va tenir jusqu’à ce soir… J’espère qu’il ne va pas pourrir d’ici là.

    - Quant à la recherche des reliques, je propose de quadriller la forêt en rotation exponentielle autour de notre camp… certains animaux utilisent cette méthode afin de retrouver leur chemin, alors… enfin… Oh, Arqiah, je suis navrée, je ne suis pas très douée pour la stratégie...

    Je hoche la tête tandis qu’elle expose son plan. Oui, ça a l’air d’être une bonne idée, je ne pense pas que je peux proposer quelque chose de mieux… Je fais part de ma pensée à la prêtresse en lui souriant. Ça semble vraiment être la meilleure chose à faire. Mais bon, d’abord, je dois m’occuper de ce lapin ! Heureusement que j’ai toujours mon sac en bandoulière sur moi. Je pose celui-ci à terre, histoire de faire de la place pour le diner, quand soudain, quelque chose bondit hors de mon sac et me renverse par la même occasion, manquant presque de me faire tomber. Un « Aïe ! » sonore m’échappe malgré moi. Bon sang, ça fait mal… Je lève la tête pour regarder le responsable de ma chute et manque de bondir à mon tour de surprise :

    -Netch ?! Qu’est-ce que tu fais là ?! Enfin, ça explique pourquoi ce sac était si lourd... dis-je au chat en lui lançant en regard inquisiteur, puis je m’adresse à Parthurnaax, l’air peiné : Excusez-moi… euh, je veux dire excuse-moi ! Je n’avais pas remarqué que mon chat s’était glissé dans mon sac. Je m’excuse d’avance s’il nous gène ou quoi que ce soit ! Désolé…

    Je lâche un rire nerveux tout en me relevant et en posant Netch au sol. Et bien, je n’aurais jamais cru qu’il puisse encore une fois me suivre de son plein gré hors de la maison… Néanmoins il ne semble pas comprendre tout à fait où il se trouve… À peine ses pattes sont-elles posées à terre qu’il tourne déjà autour de moi et regarde autour de lui. Mais au bout de quelques secondes, le chat s’arrête et retourne se réfugier dans mon sac. Je lève les yeux au ciel. J’espère qu’il y a encore de la place pour le lapin. Mais en le déposant, Netch sort précipitamment du sac et feule contre le lapin. Je ne peux pas m’empêcher de rire : ce n’est pas si souvent qu’il réagit comme ça ! D’habitude il est si lent et ramolli… Je reprends mon sac et caresse le félin dans l’espoir qu’il se calme, ce qu’il fait immédiatement.

    - Bon, je suppose qu’on peut commencer à explorer cette forêt, non ? Il reste encore du temps avant que la nuit ne tombe…

    Et comme je sais que Netch n’est pas des plus rapides, je me penche pour le prendre dans mes bras : ce serait dommage de prendre du retard juste parce qu’il est un peu lent, non ? Mais, ce gros pépère se redresse brusquement, les poils dressés et les sens en alerte et file droit vers les bois à la vitesse de l’éclair. Que… ? Je me redresse, surpris. Aurait-il deviné ce que j’ai pensé et veut me prouver le contraire ? Quoi qu’il en soit, je dois le rattraper avant qu’il ne s’éloigne trop ! Et avant qu’il ne se retrouve face à un animal sauvage qui pourrait lui faire du mal, ou même pire le manger !

    - Je suis désoléééééééé ! Je vais aller le chercher, je serais pas long, promis, je reviens vite ! dis-je d’une traite à Parthurnaax avant de sprinter à la poursuite de Netch.

    J’atteins vite les arbres et continue à courir un peu avant de m’arrêter. Où a-t-il pu partir ? Je regarde autour de moi.  Avec tous ces arbres, impossible de voir quelque chose. Alors que le désespoir m’envahit un peu, j’appelle Netch plusieurs fois, en vain. Où est-il ? J’espère qu’il ne lui est rien arrivé…

    Soudain, j’entends un miaulement sur ma droite. J’oriente mes oreilles vers cette direction, juste pour être sûr. Comme un autre miaulement se fait entendre, je me précipite dans cette direction et je tombe nez à nez sur Netch ! Enfin, nez à museau devrais-je dire… Soulagé, je l’attrape et le serre dans mes bras. Par Arqiah, il ne lui est rien arrivé ! Jamais je n’ai été aussi content de le voir et je resserre mon câlin, malgré ses miaulements de protestation.

    Au bout de quelques minutes, je le relâche et lui caresse la tête. Bon sang, qu’est-ce qui lui a pris de courir comme ça. Je le lui demande, et bien évidemment, il ne me répond pas. Au lieu de ça, il se met à trottiner tranquillement en direction d’une… Oh mon dieu ! C’est… c’est… Une plante carnivore géante ? Je ne savais que ça existait…

    Grande d’au moins deux mètres, ses feuilles vertes s’étendent par terre, et sont surmontées d’une espèce de poche, qui ressemble fortement à un gosier, et d’une grosse fleur ouverte avec ce qui semblent être des dents. Fascinant… On ne croise jamais de plante comme ça à Balinor. Comment une plante aussi grande peut-elle exister, et encore plus, bouger ? Minute… bouger ? Et le chat qui est juste en dessous… Ne me dîtes pas qu’elle va manger Netch ?! Je me précipite vers lui et l’attrape au vol, mais la plante fait de même et nous avale au passage…

    Non mais, cette plante croit qu’elle peut me retenir avec ses parois fines qui laissent même passer la lumière ? Je matérialise un couteau et déchire la paroi. Enfin, j’essaie : mon couteau glisse quand je tente de transpercer. Attends, c’est quoi ce truc visqueux qui coule de partout ? J’assène plusieurs coups de couteau, en vain. Le liquide rend tout glissant… Ou alors c’est mon couteau qui n’est pas assez aiguisé ? Netch grimpe brusquement sur moi. Aïe, les griffes ! Néanmoins, ce liquide gluant doit l’inquiéter… Je laisse disparaître mon arme et prends le chat dans mes bras, tentant en vain de le rassurer. J’espère que ce liquide n’est pas du suc digestif…

    Soudain, j’aperçois quelque chose qui flotte tout près de moi. Intrigué, je maintiens Netch en équilibre d’un bras et attrape l’objet de l’autre. Etrange, l’objet. C’est un globe, avec plein de symboles bizarres gravés dessus. Mais c’est peut-être… une relique ? Je souris : si ça l’est, on a enfin pu en trouver une ! Mais je n’aurais jamais imaginé trouvé ça dans l’estomac d’une plante… Beurk.


Dernière édition par Veslan Lakštingala le Mer 15 Juil - 0:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Mar 14 Juil - 18:00

Ouf ! Au moins ne lui avait-il pas ri au nez comme elle l’avait fait cinq minutes auparavant. Parthurnaax adressa un sourire reconnaissant à Veslan quand il lui prit le lapin des mains pour le ranger dans le sac qu’il portait en bandoulière, sur son flanc droit.

Elle était en train d’évaluer quel endroit conviendrait le mieux pour leur campement quand Veslan poussa un cri qui lui fit faire volte-face, prête à appeler l’eau à elle pour les défendre. La vision du jeune Mirkhalah à moitié avachi dans l’herbe tendre, confronté à son agresseur félin, manqua de lui arracher un nouvel éclat de rire, mais elle parvint à garder contenance de justesse. Un peu de respect, que Daemon ! Le garçon râla après son chat –qui portait le nom étrange de Netch-, puis tourna son regard vers elle, visiblement gêné :

-Excusez-moi (elle fronça les sourcils, presque sévére)… euh, je veux dire excuse-moi ! Je n’avais pas remarqué que mon chat s’était glissé dans mon sac. Je m’excuse d’avance s’il nous gêne ou quoi que ce soit ! Désolé…

La prêtresse secoua doucement la tête avec un geste de main apaisant, tentant de rassurer son binôme :

-Arrête de t’excuser, tu ne pouvais pas savoir qu’il viendrait avec toi, sourit la jeune maman en gratouillant la tête du chat. Ça prouve qu’il est attaché à toi, et ça, c’est plutôt bon signe.

Et puis, dans ce genre d’environnement, un chat serait des plus utiles dans cet environnement inconnu, ne serait-ce que pour la chasse, songea-t-elle alors que Veslan reposait son chat par terre

-Tu devrais lui fabriquer une laisse, tout de même, proposa Parthurnaax, inquiète, en voyant le monstre poilu feuler après le lapin.

Fort heureusement, après une ou deux papouilles de son maître, le félin sembla se calmer, rassurant par la même la prêtresse, qui ne se voyait pas courir après un chat dans cette forêt immense.

-Bon, je suppose qu’on peut commencer à explorer cette forêt, non ? Il reste encore du temps avant que la nuit ne tombe…

-Oui, en effet. J’imagine que nous avons le temps.

C’est à cet instant que le chat –qui avait vu son maître s’approcher dans le but plus qu’évident de le prendre dans ses bras- se décida à prendre la fuite, fonçant comme un dératé dans la direction d’un bosquet avant d’y disparaitre, suivi une seconde plus tard par Veslan, qu’elle entendit à peine lui crier qu’il allait revenir.

-Que ?! Veslan !, cria la prêtresse, stupéfaite.

C’était une forêt, au nom d’Arqiah ! Il n’allait jamais retrouver son chat s’il le pourchassait, ou pire, il allait se perdre ! Relevant ses robes une seconde fois pour les coincer de nouveau à sa ceinture, la jeune femme se mit immédiatement à courir sur les traces de Veslan et de son chat.

Les branches basses lui fouettaient le visage, les ronces entaillaient ses jambes à présent dépourvues de protection, et par des fois elle trébucha sur une racine cachée par les feuilles mortes, s’entaillant profondément la main sur une petite pierre tranchante posée là par le plus grand des hasards. La jeune femme grimaça en se relevant, massant ses genoux meurtris avant de cracher dans sa main, frottant vigoureusement pour éliminer la terre qui aurait pu rentrer dans la blessure.

Ce n’est qu’en regardant autour d’elle que Parthurnaax réalisa qu’elle avait perdu Veslan. Une angoisse sourde monta brutalement en elle, et elle regarda autour d’elle.
Rien.

-Veslan !, cria t’elle, les mains en porte-voix, horrifiée à la simple idée d’avoir perdu son équipier. VESLAAAAN !!

Toujours rien, si ce n’était que les animaux s’étaient tus à ses cris, certainement inquiétés par ses bruits. Angoissée, Parthurnaax entrepris de monter dans un arbre pour avoir une meilleure vue, mais ne put apercevoir que de la végétation. Arqiah tout puissant ! S’ils étaient dans le désert, elle aurait pu les détecter grâce à l’eau qu’ils contenaient…mais dans un pays où l’eau abondait, son pouvoir ne pourrait pas l’aider.

« Réfléchis, réfléchis, réfléchis, réfléchis », se répéta-t-elle à toute vitesse, le teint presque gris cendre tant elle était effrayée, tout en cherchant une solution.

Mais Parthurnaax eut beau chercher, rien ne lui vint. Les feuilles avaient recouvert toutes les traces, et elle ne savait pas pister de toute manière. Son pouvoir était certes utile pour trouver des formes de vies, mais dans un pays où elles abondaient, c’était un peu comme chercher un grain de sable spécifique dans l’immensité de son désert natal. Bon sang ! La jeune maman se mordit la lèvre inférieure, avant de sursauter quand un miaulement indigné lui parvint.

Vite, elle se précipita vers l’origine du son, à savoir une énorme plante, dont le bouton boursoufflé ressemblait à une mâchoire au repos…et le miaulement qui provenait de là…

-Oh, Arqiah, Veslan !!! Ne me dites pas que vous êtes là-dedans !, s’écria la prêtresse, blême d’horreur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Mer 15 Juil - 3:06

    Spuick… spuick… spuick…

    Cela fait des heures que j’essaie de transpercer la membrane de la plante avec mon couteau… Ou peut-être quelques minutes ? Je n’en ai pas la moindre idée, cela fait un bon moment que j’ai perdu le fil du temps… Si ça se trouve, les cinq jours sont déjà passés ? Non, je serais déjà mort à l’heure qu’il est… Mort ? Je déglutine. Non, je ne peux pas mourir, j’ai encore trop de choses que je n’ai pas fini… Et rester assis dans cette flaque de bave ne m’aidera certainement pas. Je fais disparaître mon couteau et me relève, trop brusquement peut-être. Je vacille et tente de me tenir à la paroi de la plante, mais je manque de tomber à cause de sa surface glissante. Oulà, depuis quand il y a des étoiles dans un estomac ? Faudrait pas non plus que m’évanouisse maintenant… Bon sang, il faut vite que je sorte de là, je commence à un peu manquer d’oxygène là… Ou serais-ce un début de claustrophobie ? Netch n’a pas l’air si mal en point… Alors, comment pourrais-je sortir là ? Je pourrais essayer de brûler cette plante, mais il y a tout de même un risque que je brûle avec. Et si j’essaie avec une hache ? C’est peut-être plus efficace qu’un couteau ? Bon, autant essayer, je n’ai rien à perdre après tout. J’en matérialise donc une et…

    - Oh, Arqiah, Veslan !!! Ne me dites pas que vous êtes là-dedans ! s’écrie soudainement une voix féminine.

    Je sursaute et fais tomber ma hache. Cette voix… Parthurnaax ! Miracle, elle nous a retrouvé !

   - Oui, nous sommes là ! Attends, j’arrive !

   Je reprends ma hache et la lève au dessus de ma tête. Aïe, cette hache est quand même lourde… De toutes mes forces, j’abats la hache sur la paroi, et manque une nouvelle fois de la lâcher sous le poids de l’impact. Je frappe encore plusieurs fois, puis je me redresse en laissant disparaître la hache, puis je jette un coup d’œil à la brèche que j’ai créée, seulement pour constater que le trou est à peine plus grand que mon sac. C’est tout ? J’aurais espérer quelque chose de plus grand…  De plus, la plante semble toujours tenir debout. Génial… Je soupire et prends Netch dans mes bras, qui était tranquillement installé sur mon épaule. Celui-ci se laisse faire sans protester et je l’amène à la brèche. Le chat, probablement heureux d’avoir enfin de l’air frais, s’engouffre immédiatement à l’extérieur. Puis, après avoir mis la relique dans mon sac, je les fais également passer de l’autre côté. Maintenant, à mon tour ! Avec toute cette bave de plante, je devrais pouvoir sortir facilement, non ?

    …Minute, qu’est-ce que je raconte ? Ce n’est pas de la bave… C’est du suc gastrique ! Paniqué, je m’engouffre vite fait dans le trou et tente du mieux que je peux. Heureusement, grâce à cet horrible truc visqueux, j’y parviens sans problème. Une fois dehors, j’écroule par terre. Ah, de l’air, enfin ! Je resterais bien assis ici, mais je relève vite, prends mes affaires et Netch et je m’éloigne vite de la plante. Ce serait complètement idiot de se refaire manger une deuxième fois à peine sortis de là ! Je m’approche de Parthurnaax tout en m’apprêtant à m’excuser, mais je trébuche sur une racine et m’étale tout le long sur le sol. Aïïïe… J’ai vraiment pas de chance aujourd’hui… Tout en restant par terre, je tourne la tête vers ma partenaire et m’excuse, même si je sais que ça doit l’exaspérer à force. Mais je m’excuse tout de même, d’être parti sans réfléchir au milieu de la forêt, et pour les coupures qu’elle s’est faite en me suivant. Je grimace en voyant celle sur sa main : ça doit faire sacrément mal…

   - Je crois que j’ai des bandages dans mon sac… je marmonne, à bout de force.

    À croire que rester dans l’estomac d’une plante n’est pas de tout repos. Bon sang, je me sens vidé alors que j’ai pratiquement rien fait de la journée. J’espère que la plante n’est pas toxique au moins… Quoique, je serais déjà mort si c’était le cas. Ah, la terre ne m’a jamais semblée aussi moelleuse. Je serais presque tenté de dormir là, et en plus le soleil se couche…

   - Si on trouve une relique par jour, on arrivera peut-être à finir cette épreuve à temps… je souffle. Il faudrait peut-être envisager de monter le camp, mais avec quoi ?

Et moi, je devrais peut-être commencer à enlever tout ce liquide visqueux... Bah, plus tard, tout ce que j'ai envie pour l'instant est de dormir un peu...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Mer 29 Juil - 19:43

Devant Parthurnaax se jouait la scène la plus surréaliste du monde. Cette…monstruosité –comment qualifier autrement une plante carnivore aussi énorme ?- gigotait, tressaillait, se contorsionnait, sans doute au rythme des mouvements de Veslan dans son…estomac. Un violent sursaut secoua la plante, puis la voix de son comparse s’éleva de l’intérieur.

-Oui, nous sommes là ! Attends, j’arrive !

Cette voix suffit à sortir Parthurnaax de sa stupeur horrifiée, et elle se reprit rapidement, levant les bras au-dessus de sa tête, appelant à elle le plein pouvoir de son cristal. L’eau autour d’elle réagissait, mais ce n’était pas ça qui l’intéressait. Ramenant ses bras à elle avant de les étendre sur le côté, elle laissa son esprit basculer dans cette conscience seconde qui était celle de son pouvoir. Maintenant qu’elle avait son objectif, elle pouvait l’utiliser.

Quand elle ouvrit les yeux, l’obscurité régnait en maitre absolu. Cela dura deux secondes, avant que des milliers de petits chemins d’argents ne se dessinent devant elle. Ils étaient veines, artères, capillaires, petites sources ou gigantesques fleuves, animaux ou végétaux, et elle les voyait, parcourus de ces milliers de petits ruisseaux ou de fleuves impétueux. A présent, elle pouvait prendre le contrôle de n’importe lequel de ces êtres, car tel était le pouvoir de Gzalzi, l’une de ses plus puissantes attaques : tout être vivant étant presque exclusivement composé d’eau, elle pouvait donc en prendre le contrôle, faire fi du pouvoir de l’esprit pour forcer l’eau contenue dans les muscles et dans les chairs de plier à sa volonté. Cette dernière pénétra la plante, bloquant chaque pseudo muscle qui tentait de retenir Veslan, l’empêchant de l’engloutir ou de l’écraser en son sein pour contenir la révolte de sa proie.

Combien de temps cela dura ? Une minute, une heure ? Face à un organisme aussi faible, elle aurait pu tenir une journée. La plante comprit que, face à cette volonté plus forte que la sienne, la force ne serait pas de mise. La ruse paierait de nouveau. Pendant ce temps, Veslan s’activait sur les parois poisseuses du ventre monstrueux, jusqu’à parvenir à traverser la dernière membrane. C’est alors que Parthurnaax sentit la plante riposter en libérant ses sucs digestifs. Veslan était presque dehors. La jeune maman se concentra une dernière fois, repoussant les fluides corrosifs dans la plante. Veslan était sorti.

Elle s’autorisa alors à fermer les yeux, quittant sa seconde conscience pour retourner au monde réel, ses bras retombant le long de son corps gourd alors qu’elle tombait à genoux, tremblante et essoufflée, épuisée par ce pouvoir encore trop puissant pour elle. La jeune prêtresse entendit de nouveau son partenaire s’excuser, et elle se permit un sourire las en se redressant difficilement.

-Je crois que j’ai des bandages dans mon sac…Si on trouve une relique par jour, on arrivera peut-être à finir cette épreuve à temps… Il faudrait peut-être envisager de monter le camp, mais avec quoi ?

-Va te laver d’abord, imposa la femme aux cheveux blancs en le regardant de la tête aux pieds. Tu es couvert de liquide corrosif qui continuera à te grignoter jusqu’à l’os si tu ne te laves pas… Je me chargerais de monter l’abri, mais je t’en conjure, ne pars plus jamais comme ça. Et attaches ton chat, ajouta la jeune femme en s’éloignant d’un pas incertain. Il y a une rivière non loin. Nous nous installerons là-bas.

Une fois qu’elle eut trouvé l’emplacement idéal –loin des endroits où les bêtes se retrouvaient pour s’abreuver-, Parthurnaax commença à couper quelques branches, les plus droites possibles, et les lianes de cette forêt, commençant à les attacher ensemble de sorte que l’ensemble forme un carré sur le dessus. A l’aide du poignard que son mari lui avait confié, elle tailla en pointe acérée l’autre bout des branches. Puis elle alla couper d’autres branches, les plus feuillues possible, et les disposa ensemble de sorte qu’on eut dit quelque trame pour le tissage. Puis elle alla chercher d’autres branches et commença son tissage. Dessus, dessous, dessus, dessous, jusqu’à ce que son tissu de branches soit au point et recouvre ce qui servirait de toit et les trois erzatz de murs. Une fois que tout fut fini, et leur abri planté dans le sol, la jeune femme se tourna vers Veslan, repoussant les feuilles mortes du sol pour former un cercle avec des pierres.

-Pourrais-tu aller chercher du bois sec pour le feu, s’il te plait ?, demanda-elle avec politesse, histoire qu’il ne se sente pas inutile.

Quelques minutes plus tard, elle plongeait sa main blessée dans l’eau fraiche, frottant vigoureusement la plaie tout en s’empêchant de pleurer de douleur. Il fallait à tout prix éviter que cette coupure ne s’infecte, et donc en chasser tout le sang impur ! Le traitement ne dura pas, et elle sortir bien vite sa main de l’eau pour la bander rapidement. Un lourd soupir lui échappa et elle s’étira soigneusement. Quelle journée !

Elle avait à peine finit de formuler cette pensée qu’un souffle de vent venant d’au-dessus d’elle lui plaquait les cheveux sur le front avant que d’énormes serres ne se referment sur elle, l’arrachant au sol et à la forêt en moins de temps qu’il ne lui fallut pour hurler de terreur. Un oiseau géant venait de faire d’elle sa proie, et l’emmenait à son nid, loin du camp et loin de Veslan.

Par la suite, elle dut perdre conscience, car, quand elle put voir de nouveau, elle fut jetée sans ménagement dans une construction de branches qui devait être un nid, et l’oiseau s’éloigna avec force piaillements, sans doute à la recherche d’une autre victime.

Blafarde, Parthurnaax se redressa, avant qu’une douleur fulgurante à la cheville ne la fasse plier. Et, pour couronner le tout, elle se trouvait face à trois œufs, qui tressaillaient sporadiquement.

Elle déglutit et recula comme elle le pouvait. Par les Dieux, comment se sortir de là ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Sam 1 Aoû - 0:09

    Cette journée a été des plus éprouvante et tout ce que j'ai envie pour l'instant, c'est une bonne nuit de sommeil. Ce n'est pas tous les jours que je fais autant d'efforts en si peu de temps. Je dois bien l'avouer, je suis un vrai flemmard. Passer toutes mes journées à lire des livres de m'a vraiment pas aidé aujourd'hui. Ce n'est qu'une fois par terre, exténué, que j'ai pris conscience que j'étais à deux doigts de mourir dans l'estomac de cette saleté de plante... Heureusement que j'ai réussi à m'en sortir, même s'il a fallu employer les grands moyens. Et quelque peu barbare, qui plus est. Personnellement, j'ai toujours préféré les lames aux haches, mais cette fois-ci, le couteau n'a pas été les plus utiles. Cela dit, comment la hache a-t-elle pu y faire quelque chose, elle ? Après tout, la plante s'acharnait à rester en vie, et ce beaucoup plus que moi pour en sortir. En tout cas, ce n'est pas grâce à ma force, je n'en ai pas vraiment. Toujours à terre, j'ai une nouvelle fois tourné la tête vers Parthurnaax. Elle a sûrement utilisé son pouvoir pour paralyser la plante, vu que celle-ci n'a pas vraiment bougé quand j'ai tenté de sortir avec la hache... Comment a-t-elle fait ça avec de l'eau ?  Mais mon esprit chasse vite cette question et mes paupières se ferment presque d'elles mêmes. Je serais bien tenté de dormir là, à même le sol, mais sa dureté m'en dissuade très vite. Qu'est-ce que j'aimerais avoir mon lit à portée de main ! Mais c'est bien sûr impossible et, dans un soupir, je propose de monter le camp à la place tout en essayant péniblement de me relever. La réponse de Parthurnaax se fait sans attendre, j'ai eu à peine le temps d'amorcer un mouvement pour m'appuyer sur mes coudes.

    - Va te laver d’abord. Tu es couvert de liquide corrosif qui continuera à te grignoter jusqu’à l’os si tu ne te laves pas…

    En entendant cela, je me suis raidi. Ah oui, le suc gastrique... Je l'ai presque oublié ! Il faudrait que je m'en débarrasse au plus vite, de cette horreur. Inconsciemment, j’esquisse un geste pour dépoussiérer mon manteau, seulement pour me retrouver avec le liquide visqueux plein la main. Arf, j'ai encore oublié ce truc. Je secoue ma main en vitesse en faisant une grimace. Beurk... Je ne regrette absolument pas d'avoir mis des gants aujourd'hui.

    - Je me chargerais de monter l’abri, mais je t’en conjure, ne pars plus jamais comme ça. Et attaches ton chat. Il y a une rivière non loin. Nous nous installerons là-bas.

    Je hoche la tête en souriant. Au moins, je pourrais me laver rapidement ! Je laisse donc Parthurnaax et me dirige vers la rivière, en prenant Netch avec moi. Lui aussi aurait bien besoin d'une petite douche... Une fois arrivés à la source d'eau, je le dépose à terre et, en veillant à ce que mon chat de s'éloigne pas trop, je m'agenouille et je trempe mes mains dans l'eau pour vérifier la température. ...Mouais, je devrais peut-être enlever mes gants avant de faire ça. Une fois chose faite, je réitère mon geste. Bon sang, qu'est-ce que c'est froid... Pas étonnant, cela dit, c'est une rivière et il fait presque nuit. Mais je n'ai pas tellement envie de plonger dedans, je risque d'attraper froid, surtout que je n'ai pas vraiment de quoi me sécher. Je soupire et prends Netch dans mes bras. Je soupire. Que devrais-je faire ? En plus je dois laver le chat et je doute qu'il apprécie cela. Dépité et sur le point de lâcher un autre soupir, une idée me traverse soudainement l'esprit. Et si j'essaie de créer de l'eau ? Bon, je n'ai fait ce genre de truc qu'une seule fois dans ma vie, et sur un bandit en plus. Mais cette fois, ce sera sur moi, et Netch. J'espère que je ne créerai pas un truc dégueu, de la bave par exemple. Au moins, quand je la ferai disparaître, je serai sec. Enfin je crois. J'espère. Je me concentre donc pour créer un truc liquide - de l'eau de préférence. Alors dans l'eau, il y a quoi ? D'après un livre que j'ai lu un jour, de l'H2O et des minéraux... Je tente d'imaginer cela du mieux que je peux et relâche ma création.

    Soudain, de l'eau glaciale et des cailloux nous tombent dessus, ce qui me fait lâcher un cri. Minute, des cailloux ? Tiraillé par une pointe de curiosité, je cherche des yeux un de ces cailloux. Mais bien sûr, je n'en trouve aucun, vu  que j'ai perdu ma concentration lors de la chute d'eau. Bon, c'est peut-être parce qu'en essayant de créer les minéraux, j'ai pensé à des blocs de sel... Dans mes bras, j'entends Netch miauler. Je baisse le regarde pour vérifier s'il n'a pas été touché et, en voyant qu'il n'a rien, je soupire de soulagement. Bon, fini les bêtises, je reprends mon sérieux. Au bout de multiples tentatives de création, en passant par l'eau trop chaude à celle trop froide, et de l'averse au mince filet d'eau, je suis finalement parvenu à débarrasser Netch et moi du suc gastrique, même si cela m'a pris en sacré bout de temps, mais au moins nous ne sommes pas trempés. Néanmoins, je trempe tout de même mes cheveux dans la rivière, histoire d'enlever le liquide que j'aurais pu louper. Ces trucs se coincent et coincent pas mal de trucs, je devrai peut-être les couper un jour. Au contact de l'eau froide, mes oreilles - de chat - frémissent, et je regrette instantanément d'avoir plongé ma tête dans l'eau. Mais ce qui est fait est fait et je continue ma tâche, puis j'essore mes cheveux du mieux que je peux, en me disant que c'est peut-être inutile, vu qu'il nous reste encore quatre jours à rester dans cette forêt... Je me relève donc, remets mes gants et mon chouchou et Netch dans mon sac, puis je retourner auprès de ma partenaire.

    Une fois arrivé au campement, j'aperçois que Parthurnaax a construit une espèce de petite cabine ouverte avec seulement des feuilles et des branches. J'en reste bouche bée d'admiration : comment a-t-elle réussi à faire ça ? Alors que je m'apprête à lui poser la question, elle me demande d'aller chercher du bois pour le feu. J’opine derechef et je m'attelle à cette tâche. Avec la douche d'il y a quelques minutes, je n'ai plus vraiment sommeil, mais cela ne m'empêche pas de ramasser des branches rapidement. J'ai vraiment envie de me reposer... et plus je finirais ça rapidement, plus vite j'irais dormir.

   Soudain, j'entends un cri. Surpris, je lâche tout le bois que j'ai ramassé. Cette voix... c'est Parthurnaax ! Mais, ça venait du ciel ? Je lève la tête et j'aperçois un oiseau géant. Ne me dites pas qu'il a attrapé Parthurnaax ?!

   - Bon sang, il n'y a que des trucs géants dans cette forêt !

    L'oiseau est plus rapide, plus grand, et surtout il vole, alors que moi, non. Je ne peux rien faire pour l'instant, à part le regarder. Si je parviens à voir où il allait, j'aurais peut-être une chance de retrouver Parthurnaax.

    Sa destination est la montagne, au centre de la forêt. C'est sûrement là que se trouve son nid. Je me mets donc en marche vers cet endroit, mais je me rends vite compte qu'il me faudra des jours pour l'atteindre ! J'arrête donc de marcher et réfléchis rapidement à un plan. Mais de toute évidence, pour rejoindre rapidement Parthurnaax, il faut soit savoir voler, soit être géant. Mais ces deux options sont bien sûr hors de porter de mon pouvoir de création. Et je doute que je puisse créer un tapis volant... Il me faut donc une autre solution. Et si j'essaie de faire revenir l'oiseau géant...? Bon, ça vaut le coup d'essayer, aucune autre idée ne me vient à l'esprit. Et pour l'attirer, pourquoi ne pas faire apparaître un appât géant ? De la viande, de préférence. Mais je suis exténué, et une création de cette envergure sera vraiment difficile... Cependant j'essaie tout de même. Parthurnaax m'a aidé à sortir de la plante géante, et c'est maintenant à mon tour de la sortir des serres de l'oiseau géant. Je mobilise donc toute ma concentration et mes forces pour essayer de faire apparaître une tas de viande géant, très odorant si possible. Il m'a sembler que pas de mal de temps à passer avant que je ne réussisse à le faire apparaître. La lune est déjà haute dans le ciel. Au moins comme ça, l'oiseau le repérera sûrement. J'espère juste que l'odeur n'attirera pas d'autres créatures...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Lun 3 Aoû - 0:24

A mesure que les heures s’égrainaient, l’angoisse de Parthurnaax allait crescendo. Les œufs avaient continués de tressaillir sporadiquement, proches de l’éclosion, et vu la taille de ces œufs, ce qui allait en sortir allait forcément être monstrueux. La jeune maman recula jusqu’à sentir les branchages dans son dos. Au nom d’Arqiah, mais qu’avait-elle pu bien pu faire pour mériter ça ?!

Cherchant un appui, elle sentit quelque chose de froid et dur sous sa main, comme un morceau de métal incrusté dans le bois. Baissant les yeux, elle sentit comme une décharge électrique la parcourir de la tête aux pieds. C’était un cube de métal argenté gravé, percé d’ouvertures desquelles s’échappaient un fin rai de lumière…oh, Arqiah, une relique ! La jeune mère se jeta en avant, arrachant le cube à son carcan de bois, puis se redressa vivement, évaluant pour la millième fois la hauteur des parois du nid et la douleur de sa cheville. Un nouveau tressaillement des coquilles monstrueuses acheva de la décider, et elle bondit, se hissant tant bien que mal aux branches. Un craquement à l’intérieur du nid lui glaça le sang, et éveilla de nouveau la douleur de ses blessures. Parthurnaax étouffa un cri, manquant de lâcher prise, puis accéléra son ascension, terrifiée. Hors de question de finir dans le ventre d’un oiseau géant !

Le piaillement indigné d’un oisillon accompagna son évasion hors du nid, quand elle bascula de l’autre côté du nid, tombant sur les fesses et sur la terre ferme, accusant le choc avec une grimace de douleur. Parthurnaax se redressa tant bien que mal, une main sur son bassin, et commença à claudiquer vers une pente douce qui rejoignait la jungle, la relique palpitant contre son cœur. Bon sang, quelle idée d’envoyer des Balinoréens dans un endroit aussi dangereux ?!

Boitant tant bien que mal, la jeune maman se cramponnait à tout ce qu’elle pouvait trouver d’assez solide pour la soutenir. Le moindre bruit la faisait tressaillir, et elle devait se retenir de toutes ses forces pour empêcher que ses nerfs éprouvés ne cèdent.

A mesure qu’elle descendait, une odeur épouvantable lui parvenait, comme si on avait déposé là des centaines de charognes en train de pourrir. La jeune maman plissa le nez, révulsée, et y plaqua sa main libre avant de reprendre sa marche laborieuse. Ce ne fut qu’une fois dans la jungle qu’elle se permit de souffler…l’odeur épouvantable emplit de nouveau son nez, plus puissante que jamais, et elle disparut dans un buisson pour y vomir de tout son saoul. Quelle horreur, cette odeur !

Une main plaquée sur son nez, la jeune femme hâta le pas, cherchant à retrouver son chemin dans la jungle Azénoréenne.

C’est alors qu’elle entrevit à travers les branches quelques mèches rouges, le bout d’un habit…. Veslan ! Aussitôt, Parthurnaax boitilla aussi vite qu’elle le put, atteignant son partenaire.

-Ve…Veslan, bredouilla t’elle en saisissant son bras, la tête bourdonnante.

Puis elle s’évanouit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Mar 4 Aoû - 18:09

    Au bout d’un certain temps, j’ai réussi à matérialiser un tas de viande. Mais l’odeur qui s’en est dégagé a été tellement insupportable que, pris de nausée, j’ai bien failli de nombreuses fois lâcher ma création. J’avais oublié à quel point l’odeur de la viande crue peut être aussi… horrible. Mais soudain, quelque chose s’accroche à mon bras, et surpris, je perds ma concentration et le tas de viande disparait.

    - Ve… Veslan, j’entends une demi-seconde plus tard.

   Je tourne vivement la tête. Parthurnaax ?! Qu’est-ce qu’elle fait là ? Par je ne sais quelle miracle, je réussis à la rattraper avant qu’elle ne touche le sol. Elle s’est évanouie. Confus par sa présence ici, j’entreprends de la ramener au campement. Ou plutôt, de la traîner jusqu’au campement. Par Arqiah, je n’ai même pas assez de force pour porter une fille ! Heureusement, le sol est plutôt sec. Au moins Parthurnaax ne se réveillera pas couverte de boue de la tête aux pieds… Une fois arrivés au campement, je l’installe du mieux que je peux dans la petite cabane qu’elle a construite quelques heures plus tôt, puis je suis retourné récupérer le bois que j’ai ramassé et j’ai fait un feu, histoire d’éloigner les prédateurs. Une fois cela fait, je m’allonge près du feu, exténué, et j’ai essayé de dormir. Mais de par la solidité du sol et sa froideur, je n’y suis pas arrivé. Je me relève donc et observe la lune : il doit être plus de minuit… Je soupire et je me lève, tout en cherchant quelque chose à faire. De toute évidence, je ne réussirai pas à dormir, alors autant s’occuper jusqu’à l’aube, ou au moins jusqu’à m’écrouler par terre de sommeil.

    Après avoir rajouté des branches dans le feu, je décide d’explorer un peu les grottes à proximité du camp. Ce n’est pas que j’en ai spécialement envie, mais je me suis dit que nous aurons comme ça un peu d’avance, et si nous parvenons à trouver rapidement les autres reliques, peut-être que nous finirons cette épreuve et en avance afin de quitter rapidement cette maudite forêt. Et par la même occasion, retrouver un lit digne de ce nom. Donc, après avoir fabriqué une torche de fortune, je m’enfonce dans la forêt tout en veillant à ne pas perdre la position du camp. J’en fais le tour et repère trois grottes. Bon, j’espère qu’elles ne sont pas trop grandes ces grottes !

    J’entre dans la première, mais fausse alerte : ce n’est même pas une grotte. Juste un petit renfoncement dans la roche, le genre de truc qui peut être utile pour se protéger de la pluie. Néanmoins, j’en inspecte un peu les environs. Mais mis à part quelques branches et carcasses de rongeurs, il n’y a rien. Quelque peu déçu, je me dirige vers la deuxième grotte. J’espérais trouver une relique, mais bien évidemment, ce n’est pas aussi simple. Peut-être que dans les deux autres, il y aura quelque chose d’utile… Mais la seconde grotte n’a été qu’une succession de trous, de flaques de boue et d’impasses, et ce n’est couvert d’égratignures et les bottes pleines de boue que je suis sorti. Quant à la troisième grotte, n’en parlons même pas. Il y a un ours dedans et j’ai préféré ne pas m’en approcher.

    Je décide donc de rentrer au camp et regarde de nouveau le ciel pour vérifier l’heure. Le ciel s'éclaircit, l’aube est proche. Pourtant, bien que fatigué, j’ai l’impression que même maintenant, je n’arrivai pas à dormir. Mais bon, ce ne sera pas la première fois que je passe une nuit blanche… à vrai dire, j’en ai passé tellement pour finir un livre et ce n’est pas une nuit de sommeil en moins qui va me tuer. Enfin, j’espère. Je m’assois près du feu, qui est presque éteint, et je rajoute encore des branches. C’est alors que mon ventre gargouille et je me rends compte que nous n’avons pas mangé depuis notre départ. Je me suis également rappelé que nous avons un lapin… Je le sort donc de mon sac et, non sans une grimace de dégoût, j’entreprends tant bien que mal de dépecer le lapin. Mais cette tâche est bien plus ardue que je ne le pensais et ce n’est qu’à l’aube que je réussis à le rendre prêt à cuire. J’embroche donc l’animal et le fais cuire sur le feu du mieux que je peux. Je n’ai jamais vraiment fait ce genre de truc et je ne suis absolument pas sûr du résultat... bon, on verra bien. Par la suite, j’ai entendu un bruit derrière moi et je me retourne : Parthurnaax s’est réveillé.

   - Bonjour… dis-je doucement et pas trop fort, au cas où elle ne serait pas du matin. Désolé de ne pas être arrivé à temps pour venir te chercher, comme j’ai vu l’oiseau géant partir vers les montagnes et  j’ai pensé que son nid était là-bas. Mais apparemment non…

    J’ai eu un petit rire gêné et j’ai continué, tout en me frottant la nuque :

    - D’ailleurs, pendant que tu dormais, j’ai un peu exploré les grottes aux alentours, mais je n’ai rien trouvé…

    Par la suite, nous avons mangé et nous avons repris notre exploration, plus loin dans les profondeurs de la forêt... Enfin, jusqu'à ce qu'une bande de hors-la-loi refugiés dans cette forêt nous tombe dessus.

    - Alors, les nabots, z'avez le choix : la bourse ou la vie !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   Jeu 13 Aoû - 15:48

Quand Parthurnaax reprit conscience, l’aube s’était levée depuis peu. La lumière perçait, blafarde, entre les troncs gigantesques des arbres alors qu’une fine brume achevait de se dissiper dans l’air, le ruisseau brisant de ses murmures le silence du matin et l’odeur de la viande grillée s’élevait. Se sentant soudain très mal à l’aise, la jeune femme se redressa, une main sur la tête et l’autre sur son ventre creux. La honte lui chauffa les joues, et elle s’empressa de rejoindre Veslan, qui se tourna vers elle.

-Bonjour…, lui dit-il d’une voix basse, prudente. Désolé de ne pas être arrivé à temps pour venir te chercher, comme j’ai vu l’oiseau géant partir vers les montagnes et  j’ai pensé que son nid était là-bas. Mais apparemment non…

-Si, si, il y était…mais j’ai réussi à m’en échapper de justesse, lui répondit la jeune maman avec un sourire gêné. Je suis navrée de t’avoir fait tant de souci...

Mais Veslan n’en avait apparemment pas fini, car il l’interrompit, comme s’il ne l’avait pas entendu.

-D’ailleurs, pendant que tu dormais, j’ai un peu exploré les grottes aux alentours, mais je n’ai rien trouvé…

Parthurnaax sourit, retirant le lièvre du feu en voyant qu’il était sur le point d’être trop cuit, et commença à le découper.

-Alors il ne nous reste qu’à continuer de chercher…

Bien entendu, elle n’avait pas oublié où elle avait caché la relique cubique qu’elle avait trouvé dans le nid de l’oiseau…mais l’avouer à Veslan était au-dessus de ses forces. De plus, le cube réchauffé par sa peau la rassurait quelque peu. Bah, elle le lui montrerait cette relique une fois le soir venu... Elle sourit à son compagnon de route, et lui servit la viande. Ils mangèrent en silence et se remirent en route dans la forêt.

Les ennuis leur tombèrent dessus après deux heures passées à déambuler dans les branches et les racines de cette forêt maudite, en la personne d’un groupe de bandits tout plus crasseux et laids les uns que les autres.

-Alors, les nabots, z'avez le choix : la bourse ou la vie !, lança l’un de ceux-ci, qui avait un nez de cochon et une grosse bedaine d’ivrogne.

Parthurnaax ne cacha pas son amusement.

-Messieurs, je crains que nous ne puissions vous contenter. Une bourse est fort peu utile pour quiconque campe dans une forêt. Quant à notre vie, elle ne nous appartient guère mais nous ne comptons pas la rendre pour le moment. Sur ce, messieurs, et si vous voulez bien, nous allons prendre congé, ajouta la jeune prêtresse en prenant le bras de son compagnon, lui faisant discrètement signe qu’il fallait rapidement prendre le large.


Dernière édition par Parthurnaax Volondothir le Jeu 13 Aoû - 15:48, édité 1 fois (Raison : Ai tenté de poster lundi, mais ça a foiré)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ EVENT : Binôme 3 - Veslan & Parthurnaax ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romans Divers :: Velinoria :: Azenor :: Forêt D'Azenor-
Sauter vers: