..
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Voie Du Carnage ..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Voie Du Carnage ..   Sam 19 Oct - 16:39

Tant d'années, de siècles, étouffé par la violence, la vengeance, la colère. Comment avait-il pu supporter une telle humiliation ? Depuis sa dernière défaite, Arès avait trouvé refuge chez Hadès. Le dieu de la Guerre n'avait jamais réellement été en odeur de sainteté, et tous, jusqu'à ses propres parents, lui avaient tourné le dos. Il était haï de tous, mais pourquoi ? La violence ? La rage ? La colère ? Le Carnage ?

Hadès avait été le seul, à lui ouvrir une porte. Bienveillante ? Tout de même pas. Arès savait, qu'à terme, il aurait une dette envers son oncle. Hadès ne faisait jamais rien gratuitement, mais le dieu de la Guerre n'avait pas eu le choix. La retraite, il y a quelques siècles, avait été un impératif, qui s'était imposé à lui, en sachant qu'un jour, la roue pourrait tourner. Depuis ce jour, il nourrissait en son sein, une cinglante vengeance. Il savait qu'un jour, il pourrait prendre cette revanche, et mettre à genoux, sa sœur bien mal aimée. Cette fois, il saurait contrer l'atout suprême d'Athéna ..

** Les armes de la balance, hein ? .. Cette fois, aucun n'aura le temps de s'en servir. **

Un rire gras, guttural, résonna dans l'enceinte de son temple : Bellona. Les ruines de son ancien Temple de la Guerre avaient été restaurées, et désormais, ce vaste domaine était de nouveau accessible, et prêt à accueillir des guerriers ivres de vengeance, de sang, et de batailles. A sa suite, les Berserkers avaient également quitté les Enfers, ce lieu sordide, où ils avaient été contraints de demeurer, des siècles durant. Hadès leur avait offert un privilège non négligeable. Demeurer aux Enfers, leur avait permis de ne pas subir les affres du temps. L'horloge interne de chaque Berserker humain avait été arrêtée, leur permettant de reprendre le cours des choses, là où il avait été arrête jadis.  Pour les dieux, la question n'avait pas eu besoin d'être abordée. Étant immortels, ces quelques siècles n'avaient représenté tout au plus, qu'une impatience.

Les Flammes des 5 domaines privés du Temple de la Guerre, avaient été allumées : Ignia, Flamma, Terrora, Phobia, & Bellona. Que ces flammes s'allument, symbolisait la présence des Généraux d'Arès, et du dieu de la Guerre lui même. Les choses sérieuses allaient pouvoir commencer, et tous pourraient bientôt prendre part à cette nouvelle aventure. Arès avait convié chacun de ses Berserkers, à un rassemblement, dans son propre domaine. Ce dernier avait tenu à leur tenir un discours, afin de replacer les choses dans leurs contextes.

Assis, bien enfoncé dans son trône, Arès scruta la salle. Il n'aimait pas l'emphase, les fanfreluches littéraires, et autres fioritures, aussi, il choisit de s'adresser simplement à son armée. Pour cela, il se redressa légèrement, puis s'accouda à son trône. Il se leva doucement, dépliant légèrement son corps massif, à la vue de tout un chacun. Son corps était musclé, et à lui seul, imposait le respect. La force physique brute du dieu de la Guerre était indiscutable. C'était un colosse, assoiffé de sang, ivre de bataille, qui ne vivait que pour le carnage, la brutalité, la violence. La peur qu'il pouvait instiller en chacun n'était pas factice, loin de là, et chacun de ses soldats, savait à quel point il était effrayant.

Une fois redressé, il descendit les marches, une à une, regardant chacun de ses Berserkers, droit dans les yeux.


Dies irae by Mozart Requiem on Grooveshark


« Aujourd'hui, voici venu le jour de la colère, de la vengeance. Le jour, où nous allons reprendre ce qui nous revient de droit, ou pas. Haïs, méprisés, nous sommes la lie, à la fois de l'humanité, et de la population divine, mais nous existons. Et cela, personne ne pourra nous le contester. Ce que nous avons réalisé, il y a plusieurs siècles, n'était rien. En ce jour, nous allons tout leur prendre. La vie sera fauchée, et nous nous abreuverons de leurs cris, de leurs pleurs, de leurs larmes, de leur sang, et chacune de ces nourritures, constituera un pas supplémentaire, sur ce long sentier de la haine, de la vengeance. Les Hommes réapprendront à croire en la mort, les fléaux, et ils sentiront de nouveau la peur, la discorde, la terreur, et le feu les consumer. L'âge de l'humanité, est maintenant terminé. Une nouvelle ère est sur le point de commencer, et c'est avec vous, que nous allons bâtir ce nouveau monde. Venez à moi, et comme jadis, à mes côtés, j’insufflerai en chacun de vous, la puissance véritable du carnage. »

Arès, à l'évocation de ces mots, ressentit quelque chose lui chatouiller le ventre. Une émotion, qu'il n'avait pu ressentir depuis bien longtemps. Son nez semblait percevoir l'attrait et l'odeur du sang .. oui .. c'était bien cela .. en son sein, venait de renaître de ses cendres, l'excitation du combat. Son Ichôr bouillonnait d'avance, à l'idée de ce qu'il s'apprêtait à répandre sur Terre .. mais il ne serait pas le seul .. Eris, sa sœur, avancerait à ses côtés.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Voie Du Carnage ..   Dim 20 Oct - 1:37

Les enfers, tout ce temps, la bas dans ce lieux qui n’est pas chez nous à voir père si fier habituellement être juste un « invité » .
Tous ces autres dieux de pacotille, notre soit disant famille … pff ils le payeront.
Et ces spectres, ils fanfaronnent, braillent, gloussent et ce prennent pour des dieux alors qu’ils ne sont que des larbins. Je ne me plains pas d’être ici , ce qui me fait mal c’est de voir mon père , mon frère et nos guerriers obligés de se cacher comme des rats dans les tréfonds des enfers , pendant que Hadès ,lui doit être dans son luxueux palais et que cette maudite Athéna doit comme à son habitude semer le bien sur terre … pfff ils me dégoutent  , ils me dégoutent tous .
Je suis conscient qu’un jour Hadès demandera paiement, mais ce jour-là je serai présent pour lui rappeler qui nous sommes et surtout qui est Arès.  
Durant tous ces siècles dans ces enfers puant ma colère n’a pas diminuée, au contraire elle s’est amplifiée de manière démesurée . Mais aujourd’hui nous sommes de retour , nous sommes plus fort que jamais devant mon père écoutant son discourt .


« Aujourd'hui, voici venu le jour de la colère, de la vengeance. Le jour, où nous allons reprendre ce qui nous revient de droit, ou pas. Haïs, méprisés, nous sommes la lie, à la fois de l'humanité, et de la population divine, mais nous existons. Et cela, personne ne pourra nous le contester. Ce que nous avons réalisé, il y a plusieurs siècles, n'était rien. En ce jour, nous allons tout leur prendre. La vie sera fauchée, et nous nous abreuverons de leurs cris, de leurs pleurs, de leurs larmes, de leur sang, et chacune de ces nourritures, constituera un pas supplémentaire, sur ce long sentier de la haine, de la vengeance. Les Hommes réapprendront à croire en la mort, les fléaux, et ils sentiront de nouveau la peur, la discorde, la terreur, et le feu les consumer. L'âge de l'humanité, est maintenant terminé. Une nouvelle ère est sur le point de commencer, et c'est avec vous, que nous allons bâtir ce nouveau monde. Venez à moi, et comme jadis, à mes côtés, j’insufflerai en chacun de vous, la puissance véritable du carnage. »

Il est redevenu le dieu qu’il était, un discours parfait qui à remotivé mes Bersekers de la terreur  , il nous mènera à la victoire je le sens et je le sais.
Son discourt à regonflé nos troupes à bloc , il faut que je l’épaule que j’assume ma place de fils et général d’Ares . Je me lève et brandit un de mes glaives au ciel.

« GLOIRE A ARES , GLOIRE AU DIEU DE LA GUERRE »

Je m’approche de mon père , pose un genou au sol et incline la tête

« Père , permettez-moi de vous féliciter , toutes ces années avaient bien affaiblies nos troupes mais votre discours a redonné le gout à la guerre  à vos Bersekers , Père mes guerriers et moi partirons a votre guise combattre les troupes de vos ennemis avec grand plaisir , nous serions ravi de pourfendre vos ennemis en votre nom et je me ferai une joie de détruire moi-même les armes de cette fichue Balance . Quels sont vos ordres Père ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Voie Du Carnage ..   Lun 4 Nov - 13:42

Hadès... L'Enfer... Athéna... La Balance... Les Gémeaux... La colère de Kérès ne semblait plus avoir de limite, plusieurs fois il avait effrayé quelque présomptueux spectres s'étant approché de sa "résidence", condamné à errer dans les prisons de l'Enfer alors que EUX ! Ces satanés Hypnos et Thanatos avaient droit à l’Élysée ! Indigne d'eux, indigne d'Arès, le dieu de la Guerre, le dieu de cet ère !
Contraint de résider dans les enfers invisible, pour ne pas gêner l'armée de sa seigneurie ! Oh oui, on pouvait lui en être reconnaissant d'avoir permis l'asile à Arès et son armée, mais chacun savait qu'un jour viendrait où il réclamerait un loyer.
Avec son armée des Flammes, Kérès avait vécu tous ces siècles en les assommants littéralement de leçon, il prenait le temps de les entrainer tout en réfléchissant de son côté à une parade contre ces maudites armes de la Balance. Il adorerait prendre la tête du chevalier d'or de cette génération ! Il se demandait aussi si le chevalier des Gémeaux de cette génération était aussi puissant que l'ancien. Il était impatient de sortir d'ici, impatient de laver l'humiliation subit par les dieux !
Cela ne dura que quelque siècle, une poignée d'année pour un dieu, heureusement que les Berserkers humains avaient vus leur horloge interne s'arrêtait. Arès était revenu sur le devant de la scène, aussi flamboyant et puissant qu'auparavant, il se sentait lui même bouillir à le voir aussi rayonnant !
Il n'esperait alors qu'une chose, le feu vert pour de nouveau partir en guerre.
Dans le temple d'Arès, son trône surplombant toute la pièce, digne du puissant et impitoyable dieu de la Guerre !
Agenouillé, Arès se leva de son trône, il était magistral, et son discours était... parfait ! En se relevant il ne pouvait contenir son cosmos tant il était heureux de quitter l'Enfer et de prendre sa revanche et laver le nom des Berserkers que les dieux ont salis ! Son rire éclata et raisonna dans toute la salle !

-Gloire à Arès ! hurlèrent ensemble Kérès et son armée en levant bien haut leurs armes. Nous allons punir tous ces misérables qui ont osé souillés le nom d'Arès et cette garce d'Athéna d'avoir volé son titre ! 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Voie Du Carnage ..   Mer 11 Déc - 11:45

Violencia s'entraina sans cesse, sans repos, jour ... et nuit quelque part en Enfer. Il n'avait qu'un objectif en tête... la vengeance.

Son deuil n'était pas encore fait, chaque jour il ricanait, souriait... mais ce n'était qu'une façade, la mort de Sonia le chagrinait toujours autant, son maitre lui manquait terriblement mais il n'avait nul le temps de s'apitoyer sur son sort ... l'entrainement était sa seule option.

Des rumeurs circulaient chez les Berserkers  sur ce Berserker de la Condamnation, il aurait tué à lui seul une dizaine de ces personnes fidèles à Athéna que l'on nommait élèves ou Chevaliers, terrassés  sur place, des corps entrailles réduit en miettes...
Son entrainement portait ses fruits, il était enfin de taille pour cette vengeance personnelle qu'il s'était juré d'accomplir.
Après avoir mis une quinzaine de Chevaliers à terre, il savait que son but serait de plus en plus dur car les chevaliers d’Or étaient très puissants et partaient à la recherche de Violencia  selon les dires....

Se tenant devant la statue d'Arès, Violencia se moqua visiblement en pensant qu'autrefois Athéna le détestait et qu'aujourd'hui il allait pouvoir se venger grâce aux promesses faites par Arès.  Partant s’agenouiller devant Arès, ses pensées étaient soudainement interrompues lorsqu'il apercevait le dieu de la Guerre descendre les marches, une à une, il était vachement impressionné par le physique d'Arès.

« Aujourd'hui, voici venu le jour de la colère, de la vengeance. Le jour, où nous allons reprendre ce qui nous revient de droit, ou pas. Haïs, méprisés, nous sommes la lie, à la fois de l'humanité, et de la population divine, mais nous existons. Et cela, personne ne pourra nous le contester. Ce que nous avons réalisé, il y a plusieurs siècles, n'était rien. En ce jour, nous allons tout leur prendre. La vie sera fauchée, et nous nous abreuverons de leurs cris, de leurs pleurs, de leurs larmes, de leur sang, et chacune de ces nourritures, constituera un pas supplémentaire, sur ce long sentier de la haine, de la vengeance. Les Hommes réapprendront à croire en la mort, les fléaux, et ils sentiront de nouveau la peur, la discorde, la terreur, et le feu les consumer. L'âge de l'humanité, est maintenant terminé. Une nouvelle ère est sur le point de commencer, et c'est avec vous, que nous allons bâtir ce nouveau monde. Venez à moi, et comme jadis, à mes côtés, j’insufflerai en chacun de vous, la puissance véritable du carnage. »

Une overdose d’excitation circulait dans les veines de Violencia après avoir bu le discours d’Arès.

Des rires et des hurlements très bruyants, tandis que, Violencia commença à ricaner avant d’ajouter… Un large sourire diabolique aux lèvres, il écouta le discours jusqu’au bout… Avant de se lever et de se permettre de lui répondre.

« C’était un discours magnifique pour moi……..  Berserkers ! Notre Destin est de sauver ce monde rempli des humains défectueux et inutiles tout ça à cause d’Athéna… Donc nous allons voler ce qui nous appartiendra et pour ça, nous devons faire une déclaration de guerre. Nous sommes l'espoir qu'attendait Arès, le dieu de la Guerre et nous nous montrerons dignes de lui ! Nous sommes le futur et nous irons de l’avant jusqu’à la fin des temps ! Une promesse est une promesse Arès, et j'espère que vous la tiendrez à notre prochaine guerre contre Athéna. GLOIRE Á ARES, GLORE AU DIEU DE LA GUERRE » Violencia cria avant d’augmenter son cosmos en guise de défi pour la prochaine guerre comme s’il était déjà prêt pour ça.

Un rire démoniaque avant de dire «  Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! » Le rire de Violencia attira toute l’attention sur lui autour de ses troupes  regonflées à bloc.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Voie Du Carnage ..   Ven 27 Déc - 15:24


Arès observait ses Berserkers, et un sourire naquit sur son visage. Un sourire de satisfaction. Enfin, depuis tout ce temps, il allait pouvoir prendre sa revanche. Au bas de l'escalier, il enjoignit ses soldats, de tourner la tête, légèrement sur la droite. Surélevé, accroché, comme on laisse pendouiller une poupée, un chevalier d'Athéna. Le saint semblait défait .. complètement épuisé par le lot de tortures subies. Une lance lui transperçait l'abdomen, le maintenant contre le mur, et le sang coulait à flots, comme transpirant, s'échappant de chaque pore de sa peau. Il grimaçait, sûrement de douleurs, mais aussi de peur. Qui aurait pu s'en affranchir.

Arès, non peu fier de ménager ses effets, s'adressa aux Berserkers comme suit :

« Mes soldats .. mes fils .. voici un cadeau de ma fille bien-aimée, Hallþóra. Tombée sur une patrouille de chevaliers provenant du Sanctuaire, elle crut bien faire, en m'offrant ce présent. Il est encore vivant, encore tout chaud. Pour fêter, cette ère nouvelle, je vous offre un festin. Amusez vous avec son corps meurtri. Faites lui souffrir mille tourments, mais ne le tuez pas. Instillez en lui la peur .. que dis-je .. la terreur. Montrez lui votre goût du sang. »

Arès s'interrompit .. regardant en l'air, comme s'il observait quelque chose .. mais il n'y avait rien .. rien du tout. Un souvenir lui revenait. D'abord imperceptible, il éprouvait quelques difficultés, à remettre la main dessus, mais ses sens prirent le dessus. Il se souvenait, oui .. de ces effluves .. de ce goût légèrement métallique. Le sang. Instinctivement, il laissa sa langue lécher le coin de ses lèvres, avant de sortir de sa transe, et de reprendre son discours. Quel souvenir .. suave ..

« Que son corps vous soit livré en pâture. Languissez vous, régalez vous, délectez vous de son sang, de sa substance. Qu'il ait la peur de sa vie .. laissez lui un souvenir impérissable, qu'il puisse témoigner de notre force, de notre barbarie. Qu'il soit enivré à jamais de cette si délicate terreur, et qu'il transmette au monde un message. Le temps des calamités est venu !! »

Sur ces derniers mots, il éclata d'un rire gras, et terrifiant .. mais ses soldats, pas terrifiés pour un sou, entonnèrent avec lui des acclamations, et l'un des Berserkers initia un chant, à la gloire du Seigneur Arès, régnant sur le sang et la barbarie.  Le dieu de la Guerre profita du spectacle, avant d'utiliser le pouvoir de sa lance, qui maintenant le chevalier dans les airs, pour la rappeler à lui. Le corps presque inerte du saint tomba, sur le sol. Son sang lécha le marbre blanc, et le choc dut lui causer quelques douleurs supplémentaires. S'il parvenait à survivre .. au moins pour atteindre le Sanctuaire d'Athéna .. il serait alors possible de parler de miracle.

Il remonta les marches de l'escalier menant à son trône, puis laissa tomber sa lourde et imposante carcasse dans ce siège finement ouvragé, cadeau d'Héphaïstos lui même. Il plia le bras, et s'accouda sur son fameux trône, sa tête reposant contre son poing, d'une taille démesurée. Il cogita .. se perdit dans ses pensées.

Tous à la joie de ces nouvelles batailles approchant, Arès paraissait maussade .. ou plutôt .. il trépignait d'excitation. L'odeur du sang lui ouvrait l'appétit, et il repensait à tous ces siècles d'errance, d'exil, aux sentiments de haine à son égard, à sa dernière défaite face à Athéna, et il se dit que le temps était venu. Mais déjà, Hallþóra, pas le biais d'une Harfang Des Neiges, lui rapportait un message, concernant le mouvement des troupes d'un nouvel ennemi. Son cosmos n'avait pas formellement été identifié .. mais une armée n'allait pas tarder à se diriger vers le Temple de la Guerre. Elle n'aimait vraiment pas quitter son domaine, sa fille bien-aimée .. Elle avait su se hisser au delà des attentes de son père .. Quelle guerrière elle était devenue. Aussi froide que les glaces éternelles. La Harfang qui avait parcouru le chemin jusqu'à Bellona repartit vers Glacialia, le domaine de sa fille.. en attendant d'autres nouvelles.

Ce message rendit Arès fou de joie .. mais cela ne se voyait pas .. il inclina très très légèrement la tête, de manière à ne pas laisser voir l'expression que pouvaient revêtir ses yeux, mais son sourire .. lui .. en disait long. Il laissa entrevoir toutes ses dents, et dans un mélange d'excitation, de rage contrôlée, son visage, et sa bouche se crispèrent .. ce qui le rendit incroyablement terrifiant …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Voie Du Carnage ..   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Voie Du Carnage ..
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La voie du carnage.
» Voie de la Navigation
» Prérequis pour la voie de la Médecine
» La voie du Martyre
» la decentralisation ,seule voie de developpement du pays.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Romans Divers :: Temple De Le Guerre :: Bellona : Domaine D'Arès :: Salle Du Trône-
Sauter vers: